Fin de vie : la Haute autorité de santé donne raison aux généralistes qui veulent pratiquer la sédation profonde et continue

La Haute autorité de santé recommande lundi d'autoriser les médecins généralistes à prescrire du midazolam, un puissant sédatif, pour accompagner la fin de vie. C'est une demande forte de la profession.

La Haute autorité de Santé recommande d\'autoriser les médecins généralistes à prescrire du midazolam, un puissant sédatif, pour accompagner la fin de vie.
La Haute autorité de Santé recommande d'autoriser les médecins généralistes à prescrire du midazolam, un puissant sédatif, pour accompagner la fin de vie. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

"Imaginez un patient qui souffre de métastases osseuses, d'un cancer de la prostate par exemple, c'est horriblement douloureux, il y a des fractures. On veut qu'il y ait une réponse." Le professeur Pierre-Louis Druais est médecin généraliste dans les Yvelines, et membre de la Haute autorité de santé (HAS). Cette dernière recommande lundi 10 février d'autoriser les médecins de famille à pratiquer la "sédation profonde et continue", qui consiste à soulager les souffrances des patients en les endormissant jusqu'au décès naturel. 

Depuis 40 ans, Pierre-Louis Druais accompagne des malades en fin de vie, et il aurait plusieurs fois voulu les soulager ainsi de leurs souffrances. Problème : les médicaments qui permettent cette sédation ne sont disponibles qu'à l'hôpital et très exceptionnellement pour les médecins de ville. 

Une demande récurrente des généralistes

Mais cette recommandation de la Haute autorité de santé pourrait changer la donne. L'autorité recommande d'autoriser les médecins de ville à prescrire du midazolam à leurs patients, un puissant sédatif, pour qu'ils puissent mourir chez eux. Elle publie également un guide pratique avec les doses à administrer.

Cela permettrait de régler une situation anormale, selon le professeur Druais : "Les produits existent. On veut qu'ils soient disponibles pour tous les patients, que ce soit à l'hôpital ou à domicile." Le professeur Druais n'est pas le seul à réclamer le droit d'administrer ce type de sédatifs. Depuis plusieurs semaines, les voix des médecins généralistes se font entendre dans des tribunes médiatiques

La Haute autorité de santé demande aussi que le médecin de famille ne soit pas isolé, mais en lien permanent avec des confrères spécialistes des soins palliatifs. C'est désormais à la ministre de la Santé de trancher le débat. 

il y a deux mois, un couple de médecins normands a été mis en examen et interdit d'exercer car ils avaient administré ces médicaments à plusieurs patients.

Le reportage de France Info
--'--
--'--