Au volant, de plus en plus de médicaments sont dangereux

La sécurité routière s'engage contre la somnolence au volant. À l'approche des vacances de Pâques et des week-ends prolongés, une campagne d'information détaille la liste et les dangers de certains médicaments dont les effets sont comparables à ceux de l'alcool.

Voir la vidéo
France 2

Vertige, perte de vigilance, baisse de la perception visuelle... Certains médicaments sont susceptibles d'altérer nos capacités de conduite. 33 nouveaux traitements viennent d'être identifiés comme dangereux pour les conducteurs. Parmi eux, des anxiolytiques et des somnifères consommés par près de onze millions de Français.

15% des médicaments interdits

Seize autres traitements voient leur niveau d'alerte augmenter. Depuis 2005, des pictogrammes sur les boîtes indiquent le niveau de dangerosité du médicament. Si la plupart sont confiés en niveau 1 (jaune) et 2 (orange) de risque, 15% d'entre eux sont en niveau 3 (rouge) et donc incompatibles avec la conduite. Une indication souvent sous-estimée par les usagers. L’association de plusieurs facteurs de risques, médicaments, alcool et fatigue par exemple, démultiplie les effets dangereux. En France, 3,4% des accidents mortels de la route seraient attribués à la prise de médicaments.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le pictogramme qui indique que les médicaments sont dangereux en conduisant
Le pictogramme qui indique que les médicaments sont dangereux en conduisant (France 2)