Anti-rhume : près d'un médicament sans ordonnance sur deux dangereux

Près d'un médicament sur deux vendu sans ordonnance pour lutter contre les quintes de toux ou les maux de gorge représente un danger, selon une étude de 60 millions de consommateurs.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce sont les stars des rayons de la vente libre. 50 millions de ces boîtes sont vendus chaque année. Ces produits disponibles sans ordonnance contre la toux, le rhume ou le mal de gorge font grincer des dents le magazine 60 millions de consommateurs. Dans son enquête sur les 62 médicaments les plus vendus en automédication, près d'un sur deux serait à proscrire.

Dangereux et cher

En cause, le cocktail de composés actifs : un vasoconstricteur pour le nez bouché, un antihistaminique pour le nez qui coule et du paracétamol ou de l'ibuprofène pour le mal de tête. Le cumul de ces tout-en-un favoriserait les risques de surdosage et des effets indésirables comme des accidents cardiovasculaires ou des vertiges. De plus, le magazine révèle que ces médicaments spécialement conçus pour le marché de la vente libre sont proposés jusqu'à quatre fois plus chers. Un marché très lucratif.

Le JT
Les autres sujets du JT
Sur soixante-deux médicaments vendus sans ordonnance, un sur deux est à proscrire, selon une étude de \"60 millions de consommateurs\" parue mardi 14 novembre 2017.
Sur soixante-deux médicaments vendus sans ordonnance, un sur deux est à proscrire, selon une étude de "60 millions de consommateurs" parue mardi 14 novembre 2017. (MAXPPP)