Vidéo À Lyon, les médecins expliquent le suivi des patients atteints de cancer

Publié
Le centre médical Léon Bérard, à Lyon, est quotidiennement confronté à la dure question du cancer. Pour Brut, ils décrivent la façon dont ils suivent leurs patients ; de l’annonce, en passant par la prise en charge et les soins, jusqu’à la rémission.
Brut.
Article rédigé par

Le centre médical Léon Bérard, à Lyon, est quotidiennement confronté à la dure question du cancer. Pour Brut, ils décrivent la façon dont ils suivent leurs patients ; de l’annonce, en passant par la prise en charge et les soins, jusqu’à la rémission. 

Des gens pleurent, des gens ne disent rien, des gens disent : ‘Je m'en fous.’ Je dirais que, de temps en temps, la réaction la plus difficile, c'est quand les patients sont avec leur conjoint ou conjointe, et c'est le conjoint ou conjointe qui pleure et pas le patient lui-même.” Le docteur Philippe Zrounba est chirurgien ORL au centre de lutte contre le cancer Léon Bérard à Lyon. Pour lui, chaque annonce vient avec son lot de doutes sur le diagnostic. “On (les patients) se pose des questions sur la mort. Les mots “métastases” viennent nécessairement à l'esprit”, explique-t-il. 

“C'est le monde qui vous tombe sur la tête”

Le médecin annonce le diagnostic de cancer, le traitement recommandé, et puis lui explique. Et puis nous, on revoit les patients un peu à distance, qu’ils aient le temps de digérer l'information, dans une salle de consultation dédiée”, détaille Jennifer Thollin, infirmière de coordination au centre médical. Chez eux, chaque infirmière suit un patient tout au long de son parcours. “On reprend avec le patient le diagnostic, on reformule, on réexplique les modalités des traitements, les effets secondaires possibles. C’est un temps sur lequel on prend beaucoup, beaucoup d'énergie et où il y a des consultations supplémentaires qui sont rajoutées pour l'accueil du patient, pour qu'il puisse avoir, dans sa démarche de questionnement, tout le temps, tout le loisir de pouvoir discuter avec une infirmière”, conclut-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.