Variole du singe : la Haute Autorité de santé recommande le remboursement des tests de dépistage

La HAS rappelle cependant qu'ils doivent être réservés aux personnes qui présentent des symptômes, si le diagnostic fait l'objet d'un doute.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les tests de dépistage de la variole du singe ne doivent servir que quand le diagnostic clinique ne suffit pas, estime la Haute autorité de santé. (JOAO LUIZ BULCAO / HANS LUCAS / AFP)

Alors que l'épidémie de variole du singe continue de s'étendre, la Haute Autorité de santé (HAS) a rendu un avis favorable, lundi 25 juillet, au remboursement par l'Assurance maladie des tests de détection du virus de la variole du singe. Elle avait été saisie par le ministère de la Santé.

La HAS rappelle en revanche que le diagnostic de la contamination par la variole du singe "est avant tout clinique", celle-ci présentant notamment des symptômes caractéristiques sur la peau. Un test ne doit être effectué "qu'en cas de doute persistant après examen clinique". Le dépistage n'est "pas nécessaire en l'absence de symptômes".

L'Inter-LGBT critique la gestion du gouvernement

Dans un communiqué, l'Inter-LGBT a critiqué "l'inaction, le manque de préparation et de transparence du gouvernement" face à cette épidémie qui touche majoritairement les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. Les associations déplorent notamment la difficulté d'accès à la vaccination.

Dimanche, l'Organisation mondiale de la santé a déclenché le plus haut niveau d'alerte sanitaire pour tenter de juguler la flambée de cas de  variole du singe. Selon le dernier bilan, daté du 21 juillet, la France compte 1 567 cas confirmés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Variole du singe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.