Une mère de famille assigne l’Etat en justice pour carence fautive face à la pollution de l’air

Après avoir vécu pendant 20 ans dans la pollution francilienne, Farida, une secrétaire de 52 ans, a déménagé dans le Loiret, pour soigner ses laryngites à répétition et sa toux chronique.

Un pic de pollution avait touché Paris, à l\'hiver 2016.
Un pic de pollution avait touché Paris, à l'hiver 2016. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

C'est une audience inédite qui se tient mardi 28 mai au tribunal administratif de Montreuil, en Seine-Saint-Denis. La justice va étudier à 9h30 ce mardi le premier cas de victime de la pollution de l’air. Une mère de famille assigne l’État en justice pour carence fautive et demande 160 000 euros de réparation.

Farida, une secrétaire de 52 ans, a vécu pendant 20 ans dans la pollution francilienne. "Au départ, j'avais pas mal de laryngites, une toux chronique et ça s'est aggravé par la suite. C'était des maladies pulmonaires et ma fille faisait de l'asthme", détaille-t-elle.  

Les antibiotiques n'y ont rien fait. Pendant le pic de pollution de l'hiver 2016, elle a dû s'arrêter de travailler pendant un mois, "parce que c'était impossible de sortir à l'extérieur".

Farida obligée de déménager 

Son pneumologue lui prescrit une solution radicale : quitter la région parisienne. Après avoir passé plusieurs séjours chez des proches à Orléans, Farida s’aperçoit qu’elle s’y sent bien mieux. Il y a deux ans, elle s'est donc résignée à quitter son logement de Saint-Ouen, près du périphérique parisien, pour s'installer dans le Loiret. Ça a été un changement radical. "Du jour au lendemain, plus aucun problème de santé que ce soit pour moi ou ma fille", témoigne-t-elle à franceinfo.

L’avocat réclame 160 000 euros de réparation pour Farida et sa fille et prévient qu’une cinquantaine d’autres cas devraient suivre en France.