Médicaments : le gouvernement dévoile son plan pour lutter contre la pénurie

1 200 médicaments sont ou seront concernés cette année par la pénurie. La ministre de la Santé a donc présenté lundi 8 juillet un plan d'urgence pour tenter d'y remédier.

FRANCE 2

Des tiroirs à moitié vides, c'est devenu le quotidien des pharmaciens. Pas facile pour les patients, en particulier les plus âgés. Le phénomène s'aggrave ces dernières années : 44 médicaments en rupture en 2008 contre plus de 1 200 en 2019, selon les dernières projections. Face à ce constat, le gouvernement propose une trentaine d'actions. Il envisage même de nouvelles sanctions pour les industriels. Les associations de patients les réclament.

Des sanctions contre-productives selon les laboratoires

Les laboratoires estiment de leur côté que des sanctions seraient contre-productives. "Les médicaments impactés sont de vieux médicaments qui sont fortement génériqués et donc qui ont des conditions économiques d'exploitation qui sont très faibles. Les sanctions vont venir s'ajouter à des prix extrêmement bas et certains opérateurs vont décider de ne pas rentrer sur le marché", explique à France 2 Philippe Lamoureux, directeur général du LEEM (Les entreprises du médicament). Parmi les autres mesures : l'importation de médicaments de concurrents étrangers ou encore une meilleure information sur les ruptures de stock. Le plan définitif contre les pénuries de médicaments est annoncé pour septembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
De nombreuses hospitalisations pour tentative de suicide sont dues à l\'absorption de médicaments.
De nombreuses hospitalisations pour tentative de suicide sont dues à l'absorption de médicaments. (LOIC VENANCE / AFP)