Levothyrox : un médecin porte plainte contre X pour "tromperie aggravée"

Un médecin généraliste rémois a porté plainte contre X après avoir constaté des effets indésirables chez ses patients prenant la nouvelle formule du Levothyrox.

\"Mes patients ont des pertes de cheveux, des vertiges, de la fatigue, des problèmes cardiaques.\"
"Mes patients ont des pertes de cheveux, des vertiges, de la fatigue, des problèmes cardiaques."

Mis à jour le
publié le

"[Face à] l'ampleur des effets indésirables rencontrés par mes patients sous Levothyrox nouvelle formule, tels que des pertes de cheveux, des crampes, des vertiges, de la fatigue, des problèmes cardiaques... j'ai constaté qu'il y avait quelque chose de tout à fait anormal" alerte le Dr Nicolas Bouvier, généraliste ayant exercé au service de pharmacologie du CHU de Reims. Constatant que plusieurs de ses patients prenant la nouvelle formule du Levothyrox souffraient d’effets secondaires, il a décidé de porter plainte contre X pour "tromperie aggravée" le 29 septembre. Il a également saisi le Défenseur des droits le 5 octobre. Une situation inédite dans l’affaire dite du Levothyrox : pour la première fois, c’est un médecin qui saisit la justice, et ce en tant que professionnel de santé.

"Ma confiance a été abusée"

En effet, le Dr Bouvier affirme ne pas avoir été suffisamment informé des effets liés à la nouvelle composition du médicament. Etant donné que le laboratoire Merck "communique dans les médias, et notamment dans les médias médicaux, sur l’excellence de ses performances en matière de développement de traitements, a priori, je pouvais considérer que la nouvelle formule pouvait être efficace et sans danger pour mes patients, visiblement ma confiance a été abusée", a précisé le médecin généraliste. Aussi affirme-t-il "n'avoir jamais reçu d'information sur la nature des effets indésirables que la nouvelle formulation du Levothyrox allait entraîner".

Faire courir un risque aux patients

"[J’aimerais] savoir pourquoi un laboratoire qui prétend être aussi compétent a proposé aux médecins français un médicament qui cause de telles difficultés", poursuit Nicolas Bouvier. Et de continuer : "Je reçois des témoignages incroyables de patients qui me racontent leur parcours douloureux, leur difficulté à supporter la prise de Levothyrox, les effets indésirables, la complexité pour récupérer un autre médicament, et le fait que, quand ils ont réussi à ne plus prendre de Levothyrox, ça va mieux". En conséquence et "par précaution", le médecin ne prescrira plus ce traitement : "Je ne peux pas, en tant que médecin généraliste, faire courir de risques à mes patients."

A lire aussi : "Levothyrox : les ministres Agnès Buzyn et Bruno Le Maire visés par une plainte"

La nouvelle formule du Levothyrox a été mise sur le marché en mars. Depuis, des milliers de patients déplorent des effets secondaires indésirables. Cette situation a conduit la justice à ouvrir une enquête le 15 septembre. Le 17 novembre, la Direction générale de la santé a promis qu’une alternative au Levothyrox, le Thyrofix, serait disponible dès la première semaine de décembre. Il existera donc, désormais, cinq traitements différents pour les personnes souffrant de problèmes de thyroïde.