Cet article date de plus de cinq ans.

Virus Zika : l'ONU demande aux pays touchés de donner accès à la contraception et à l'avortement

Le virus Zika est soupçonné de provoquer des malformations congénitales.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un groupe de femmes enceintes dans une salle d'attente d'un hôpital de Caracas (Venezuela), le 4 février 2016. (CARLOS BECERRA / ANADOLU AGENCY / AFP)

L'ONU a demandé, vendredi 5 février, aux pays touchés par le virus Zika d'autoriser l'accès des femmes à la contraception et à l'avortement. Le virus, qui affole de nombreux pays depuis le début de l'année, est soupçonné de provoquer des malformations congénitales.

Les Etats d'Amérique du Sud dans le viseur

Le Haut commissariat aux droits de l'homme a en particulier visé les Etats d'Amérique du Sud, dont beaucoup n'autorisent ni l'avortement, ni la pilule. Ces pays ont pour l'instant conseillé aux femmes d'éviter de tomber enceintes à cause du risque engendré par Zika.

"Comment peuvent-ils demander à ces femmes de ne pas tomber enceintes, mais ne pas leur offrir la possibilité d'empêcher la grossesse", a déclaré la porte-parole du Haut commissariat devant la presse. Pour lutter contre le virus et endiguer la pandémie, l'OMS multiplie actuellement les recommandations en invitant notamment à reporter les dons du sang et à se protéger lors de rapports sexuels.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Virus Zika

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.