Grippe aviaire : les autorités promettent d'accélérer les abattages de canards

Face à la progression du virus, le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, a reconnu que le gouvernement n'était pas allé "assez vite" et a promis d'accélérer les abattages de canards dans les Landes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des canards d'un élevage, le 29 décembre 2020 à Mugron (Landes). (GAIZKA IROZ / AFP)

Les grands moyens. Le gouvernement a promis, vendredi 8 janvier, d'accélérer les abattages de canards dans les Landes pour prendre de vitesse le virus de la grippe aviaire qui y fait rage et préserver les départements limitrophes. D'ores et déjà, "plus de 600 000 canards" ont été euthanasiés en France depuis qu'un premier foyer de contamination a été repéré début décembre dans le Sud-Ouest, a déclaré le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie lors d'un déplacement à Mont-de-Marsan.

>> Ce que l'on sait de l'épidémie de grippe aviaire "hors de contrôle" en France.

"Nous accélérons" la mise en oeuvre des abattages, a-t-il ajouté, alors que les professionnels du foie gras demandent à l'Etat de déployer davantage de moyens humains sur le terrain pour accélérer la lutte contre l'épizootie. Des centaines de milliers d'autres canards vont devoir être abattus, a indiqué le ministre. "Aujourd'hui la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme. L'enjeu est d'éviter que ce virus atteigne les élevages du Béarn et également du Gers", a affirmé sur RTL la directrice de la filière foie gras Cifog, Marie-Pierre Pé.

"On n'est pas allé assez vite"

Selon les derniers chiffres du ministère communiqués à l'AFP, 127 foyers ont été confirmés des élevages français, dont 119 dans les Landes, soit plus du double du nombre relevé il y a une semaine. Les huit autres foyers se situent dans les Hautes-Pyrénées (2), les Pyrénées-Atlantiques (2), la Vendée (2), le Gers (1) et les Deux-Sèvres (1).

Trois foyers ont par ailleurs été détectés en novembre dans des animaleries de Corse et des Yvelines. Le ministère évoque également "quelques basses-cours en Corse""Force est de constater qu'on n'est pas allé assez vite", a dit le ministre, promettant le doublement des capacités d'abattage dès la semaine prochaine, à 160 000 palmipèdes euthanasiés par jour.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grippe aviaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.