Grippe aviaire : le confinement des volailles est la "seule solution" pour le ministre de l'Agriculture

Alors que 700 000 bêtes ont été abattues depuis l'été, Marc Fesneau envisage la possibilité de demander des "ajustements" pour certains élevages. Le ministre espère la mise au point d'un vaccin d'ici la fin de l'hiver.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les poulets et pintades d'un élevage de Mont-Dol (Ille-et-Vilaine) confinés à cause de la grippe aviaire, en août 2022. (RADIOFRANCE)

Les volailles de plein air doivent de nouveau être confinées partout en France pour tenter d'endiguer la grippe aviaire. C'est "la seule solution à date pour essayer de préserver le maximum d'élevages", juge le ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, invité lundi 14 novembre, sur France Bleu Périgord. "C'est la décision, prise avec les autorités sanitaires, qui nous parait la plus opportune dans le moment qu'on traverse", poursuit-il, à quelques semaines des fêtes de fin d'année.

Le niveau de risque a été porté de "modéré" à "élevé" sur l'ensemble du territoire métropolitain jeudi 10 novembre. Plus de 770 000 animaux ont été abattus depuis l'été et la maladie suscite l'inquiétude du monde agricole.

L'espoir d'un vaccin à "la sortie de l'hiver"

Marc Fesneau envisage toutefois la possibilité de demander des "ajustements" pour certains élevages de plein air, "de petite taille ou de taille modeste". "On a demandé à l'Anses [l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail] de regarder dans quelle mesure on pourrait, dans les semaines ou mois qui viennent, relâcher la pression sur ces élevages-là", explique le ministre de l'Agriculture. Cela dépendra "des données scientifiques et des risques de contagiosité à d'autres élevages", précise-t-il, l'idée étant "d'améliorer les choses pour rassurer un peu les éleveurs".

"L'objectif c'est d'aider les éleveurs à passer le cap et faire en sorte que l'an prochain on puisse aborder la période plus sereinement", résume Marc Fesneau qui espère qu'un vaccin pour protéger les élevages de canards de la grippe aviaire sera disponible d'ici là. Ce vaccin est en cours d'expérimentation "depuis le mois de juin", precise-t-il, et les premiers résultats "tangibles" sont attendus en "décembre ou janvier". Le ministre de l'Agriculture "nourrit l'espoir" d'avoir "une stratégie vaccinale pour la saison prochaine", avec un vaccin "qualifié à la sortie de l'hiver".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grippe aviaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.