Cet article date de plus de sept ans.

Ebola : un premier cas avéré à New York

Un médecin new-yorkais a contracté le virus en Afrique de l'Ouest, où il travaillait pour Médecins sans frontières.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers devant l'immeuble d'un médecin contaminé par le virus Ebola, à New York, le 23 octobre 2014. (EDUARDO MUNOZ / REUTERS)

Un médecin de New York récemment revenu d'Afrique de l'Ouest a contracté le virus Ebola, ont annoncé jeudi 23 octobre les autorités américaines. Il s'agit du quatrième cas confirmé aux Etats-Unis, mais du premier cas dans la plus grande ville du pays.

Craig Spencer, 33 ans, a travaillé en Guinée pour Médecins sans frontières avec des malades d'Ebola. Il avait quitté ce pays le 14 octobre pour revenir, via l'Europe, à New York. Ressentant des douleurs abdominales, et présentant une forte fièvre, le jeune médecin a été hospitalisé jeudi matin. Soit neuf jours après son retour sur le sol américain.

Un bowling fermé par précaution

 

Des examens approfondis ont alors confirmé que Craig Spencer avait contracté le virus. Il a été immédiatement placé en quarantaine à l'hôpital Bellevue, dans le quartier de ManhattanSa fiancée et deux de ses amis ont également été placés en quarantaine, tandis que son appartement a été placé sous scellé.

Selon les autorités new-yorkaises, le médecin aurait limité ses contacts ces derniers jours. Mais il aurait tout de même pris le métro à plusieurs reprises. Et mercredi soir, il est allé jouer au bowling avec des amis à Brooklyn. Ce bowling a depuis été fermé, par précaution.

Une ville sur le pied de guerre face à la menace

"Il n'y a pas de raison pour les New-Yorkais de s'inquiéter", a toutefois assuré le maire de la ville, Bill de Blasio, lors d'une conférence de presse. Affirmant que la maladie est "très difficile à attraper", le maire a également insisté sur le fait que la ville de 8,4 millions d'habitants s'est préparée depuis des semaines à cette éventualité.

Depuis plusieurs semaines, New York était en effet sur le pied de guerre face à la menace Ebola, avec des contrôles renforcés aux aéroports et la mise en place de protocoles draconiens dans les hôpitaux. L'épidémie a fait à ce jour une victime aux Etats-Unis, un Libérien décédé à Dallas. Deux des infirmières qui l'ont soigné ont contracté le virus : l'une est guérie, l'autre est toujours hospitalisée dans un état stationnaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ebola

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.