Cet article date de plus de six ans.

Ebola : en quoi consiste le plan d'information et de prévention du gouvernement ?

Il n'y a pas de cas dépistés en France pour l'instant, selon la ministre de la Santé. Marisol Touraine a expliqué, vendredi, le plan d'information et de prévention gouvernemental. Francetv info détaille ces mesures.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre de la Santé, Marisol Touraine, le 29 septembre 2014, à Paris. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola, "onze cas [suspects], et onze cas seulement, y compris celui qui a été hospitalisé à Bichat la nuit dernière [jeudi 9 octobre], ont donné lieu à des tests. Et tous ces tests se sont, à cette heure, révélés négatifs", a déclaré la ministre de la Santé, Marisol Touraine, vendredi 10 octobre, au cours d'une conférence de presse sur la situation en France. "Au moment où je vous parle, aucun cas d’Ebola n’est pris en charge", a-t-elle ajouté. Elle a aussi annoncé ou précisé plusieurs mesures.

L'information grand public

Dès samedi matin 9 heures, un numéro vert sur Ebola, le 0800 13 00 00, sera mis en place pour répondre aux questions du public. Ce numéro fonctionnera à partir de 9 heures, a précisé Marisol Touraine.

Le ministère a également mis en ligne sur son site des informations à destination des professionnels de santé.

La prévention ou prise en charge des malades 

Le processus de suivi des malades, décrit par le ministère de la Santé, est très précis. Les personnes contaminées à l'étranger, comme ce fut le cas d'une volontaire de Médecins sans frontières, sont rapatriées dans des avions médicalisés spéciaux. Leur trajet sur le sol français est ensuite prévu pour éviter toute contamination : atterrissage dans un aéroport militaire, ambulance équipée spécialement, prise en charge dans l'un des 12 établissements désignés par le ministère de la Santé, chambres d'isolement à pression négative…

La ministre de la Santé a rappelé "avec force" que "les voyages vers les pays touchés sont vivement déconseillés". Elle a précisé que "la situation étant évolutive, un renforcement des contrôles au départ comme à l'arrivée pourrait intervenir dans les jours qui viennent" dans les aéroports.  

Enfin, elle a déclaré qu'une personne susceptible d'avoir la maladie "qui a de la fièvre ne doit pas se rendre chez son médecin ou aux urgences, elle doit appeler le 15".

La communication gouvernementale

La ministre de la Santé a annoncé que, dorénavant, "aucun commentaire ne serait fait sur d'éventuelles suspicions de cas". En revanche, si un cas était confirmé, il serait annoncé officiellement par le ministère de la Santé, qui centraliserait la communication. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ebola

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.