VRAI OU FAKE : la vitamine D fait-elle baisser la mortalité liée au Covid-19 ?

Publié Mis à jour
franceinfo
Article rédigé par
L. Augry, A. Gras, S. Terragno - franceinfo
France Télévisions

Une étude du CHU d'Angers (Maine-et-Loire) a montré que la vitamine D faisait baisser la mortalité de patients atteints de Covid-19. Cependant, elle comporte des biais importants.

Ces dernières semaines, de nombreux médias ont relayé que la vitamine D était utile pour éviter la mortalité liée au Covid-19. Une étude pilotée par le CHU d'Angers (Maine-et-Loire) entre avril et décembre 2020 est à l'origine de cette information. 254 patients de plus de 65 ans, atteints du Covid, ont été répartis en deux groupes de même taille. Dans les trois jours suivant leur test positif, un groupe a reçu une dose standard de vitamine D et l'autre groupe une dose plus élevée. Au bout de 14 jours, la mortalité est plus faible dans le groupe ayant reçu une plus grande dose de vitamine D, huit sont morts, contre 14 dans l'autre groupe.

Une étude qui comporte des biais

Pourtant, l'étude comporte des limites méthodologiques. Les patients du groupe ayant moins reçu de vitamine D étaient plus âgés. L'âge médian de ce groupe était 89 ans, contre 87 ans pour celui avec la dose plus importante. Le groupe ayant la plus grosse mortalité comportait également 13 membres ayant un cancer, contre 4 pour l'autre. Enfin, la mortalité devient quasi identique entre les deux groupes, 28 jours après le début du test, ce qui prouverait une baisse d'efficacité de la vitamine D dans le temps. "Non seulement cette étude a des biais (…) mais surtout elle ne démontre rien", affirme Mathieu Malimard, chef du service de pharmacologie du CHU de Bordeaux (Gironde).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.