Vidéo Covid-19 : "Nos blocs opératoires fonctionnent à plein" pour rattraper les opérations déprogrammées, explique le directeur général de l'AP-HP

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"En cette période, on rattrape le retard provoqué sur certaines maladies", explique Martin Hirsch sur franceinfo, invitant les patients à ne pas reporter à plus tard leurs opérations.

"Nos blocs opératoires fonctionnent à plein aujourd'hui" afin de rattraper les opérations "qui auraient pu avoir lieu" plus tôt et qui avaient été déprogrammées lors du pic de l'épidémie de Covid-19, a déclaré lundi 5 octobre sur franceinfo Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, invitant les patients à ne pas reporter à plus tard leurs opérations.

>> Mesures sanitaires, vacances des soignants, déprogrammation de soins... Le "8h30 franceinfo" de Martin Hirsch

"On a passé le printemps à orienter 100% de nos hôpitaux sur le Covid, explique le directeur général de l'AP-HP, en affectant le personnel qui était sur d'autres spécialités, les chirurgiens, les infirmières, les anesthésistes à prendre en charge le Covid. En cette période, on rattrape le retard provoqué sur certaines maladies, donc nos blocs opératoires fonctionnent à plein aujourd'hui d'opérations qui auraient pu avoir lieu en mars, avril, mai ou juin", a-t-il ajouté.

"Ne vous déprogrammez pas seuls"

Contrairement au printemps, en plein pic de l'épidémie du Covid-19, "on déprogramme peu aujourd'hui", mais "le risque est d'avoir à déprogrammer beaucoup", d'où les nouvelles mesures de restriction annoncées par le gouvernement, a-t-il dit. "Il est important de prendre des mesures suffisamment tôt."

Martin Hirsch alerte les patients à continuer à se faire suivre : "Parfois, on voit que des patients, par crainte et pour ne pas nous embêter, se déprogramment tout seuls. Il ne faut pas qu'ils le fassent. Ce sont les médecins qui ajustent."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.