Vidéo Covid-19 : "Le variant Delta représente environ 20% des nouveaux diagnostics", affirme Olivier Véran

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le ministre de la Santé est convaincu que ce variant Delta, identifié pour la première fois en Inde, va devenir dominant en France, mais sans donner une date.

"Le variant Delta représente environ 20% des nouveaux diagnostics" et "devient progressivement dominant", a indiqué Olivier Véran, le ministre de la Santé, ce mardi sur franceinfo mardi 29 juin, à propos de ce variant du coronavirus identifié pour la première fois en Inde et jugé plus contagieux que tous les autres.

>> Suivez notre direct sur l'épidémie de Covid-19

Si ce variant "continue de monter en pourcentage", il n'augmente "pas en valeur absolue, puisqu'il y a une baisse du nombre de cas, ça ne fait pas augmenter le nombre de cas, mais il devient progressivement dominant, ce qu'il fait d'ailleurs dans tous les pays du monde puisqu'il est plus contagieux", développe le ministre de la Santé, sans donner une date à laquelle ce variant deviendra dominant dans le pays.

Le virus a "plutôt tendance à décliner"

De manière générale, "la circulation du virus continue de baisser dans notre pays. On est à environ 18 de taux d'incidence, c'est 30 fois moins que certains taux d'incidence qu'on a pu atteindre dans certains départements", souligne Oliver Véran. D'après lui, c'est le "signe que le déconfinement progressif décidé par le président de la République était le bon, dans le bon timing et de la bonne manière". Le virus a "plutôt tendance à décliner, y compris dans les Landes"un cluster a été découvert la semaine dernière et où les "équipes sont mobilisées là-bas pour faire du contact tracing et vacciner de façon massive". Dans ce département, le taux d'incidence a baissé d'environ 10%.

Pour mieux évaluer l'impact de ce variant Delta, le ministre de la Santé surveille les données en provenance d'Angleterre, pays très touché par ce variant mais "où la vaccination a été importante". Il y a certes très peu de décès pour l'instant, mais "il faut du temps entre le moment où une vague commence et le moment où la vague d'hospitalisations et de décès peut suivre, il faut plusieurs semaines. Donc je reste prudent", explique Olivier Véran.

"Toutes les études montrent que si vous êtes vacciné puis contaminé, vous ne faites pas de formes graves."

Olivier Véran, ministre des solidarité et de la Santé

à franceinfo

"Il faut qu'on reste très, très vigilant et qu'on se vaccine massivement, répéte Olivier Véran. Si on est tous protégés et vaccinés, ça ne veut pas dire zéro circulation du virus, mais ça veut dire qu'on aura zéro impact sanitaire et donc qu'on aura zéro impact social, économique, éducatif."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.