Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Coronavirus : aux Etats-Unis, un candidat-vaccin a déjà été testé sur des êtres humains

Alors que le bilan de l'épidémie ne cesse de s'alourdir, un tout premier candidat-vaccin contre le coronavirus a été testé sur des humains le 16 mars 2020, à Seattle, aux Etats-Unis. Voici quelques explications sur cet essai clinique, extraites d'un reportage à voir dans la "Soirée 2 l'info" jeudi 2 avril 2020.

Jennifer Haller est peut-être entrée dans l'histoire ce lundi 16 mars 2020. A 43 ans, cette Américaine est la première personne au monde à se faire vacciner contre le coronavirus.  Elle fait partie des 45 volontaires sains qui ont accepté de servir de cobayes pour tester le vaccin de Moderna Therapeutics, une start-up dont le siège se trouve à Boston. La capitale du Massachusetts est aussi celle, mondiale, des biotechnologies. 

Une technologie basée sur l'ARN messager

Le candidat-vaccin contre le coronavirus a été développé en 63 jours seulement, un record. Sa technologie est basée sur l'ARN messager, la molécule intermédiaire entre l'ADN et les protéines présentes dans les cellules du corps humain. La technique traditionnelle des vaccins consiste à injecter un virus inactivé pour que le corps apprenne à s'en défendre ; la technique de l'ARN messager, elle, envoie un message à l'organisme sous la forme d'un morceau d'ADN. Son but est d'inciter l'organisme à fabriquer lui-même une fraction inactive du virus, puis les anticorps pour lutter contre ce virus.

Un essai clinique mené directement sur des "cobayes" humains

Le prototype de vaccin de Moderna est le tout premier à avoir été testé sur des cobayes humains – sans passer par la phase de test sur des animaux. "Je suis l'animal sur lequel on fait la recherche, avec les 44 autres volontaires", plaisante Neal Browning, ingénieur à Seattle où s'est déroulé l'essai. Les risques dont il a été informé lui ont paru "minimes", et il s'est dit "que ça valait le coup, pour la récompense, aider la recherche". 

Une start-up dirigée par un Français

Personne ne sait aujourd'hui si le vaccin de Moderna est efficace. Seule certitude : à l'annonce des premiers tests cliniques, son action a grimpé en flèche : + 50% en à peine un mois. Le groupe pèse aujourd'hui près de 10 milliards de dollars. Le Français qui dirige la start-up américaine, Stéphane Bancel, avait même été invité à la Maison-Blanche pour présenter son projet quelques semaines auparavant. La santé financière de ces start-up qui développent des vaccins est au beau fixe... mais aucune n'a encore obtenu de résultats.

Extrait de "La course aux traitements", un reportage à voir dans la "Soirée 2 l'info : Coronavirus : l'état d'urgence" que proposent "Envoyé spécial" et "Complément d'enquête" le 2 avril 2020.

Tous les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site et l'application mobile de Franceinfo, rubrique "Magazines".