Covid-19 : la tension continue de monter au service de réanimation de l’hôpital de Dreux

Publié Mis à jour
Covid-19 : la tension continue de monter au service de réanimation de l’hôpital de Dreux
Article rédigé par
N. Bidart, M. Barrois, S. Korwin - France 3
France Télévisions

Alors que les Français continuent à se faire tester massivement, Omicron a battu des records de contamination, mardi 18 janvier. Il est très contagieux, mais il provoque moins de formes très graves. C’est ce que constatent les soignants à l’hôpital de Dreux, en Eure-et-Loir.

C’est un petit hôpital, qui fait lui aussi face à la cinquième vague. À Dreux (Eure-et-Loir) depuis des semaines, les équipes sont très sollicitées. Dans le service de médecine polyvalente, une lueur d’espoir se dessine. Les admissions de patients atteints du Covid-19 commencent à se stabiliser. Seuls neuf lits sur douze sont occupés, majoritairement par des patients non-vaccinés, comme Rodolphe Lami, 50 ans. Sans comorbidité, il est placé sou oxygénation depuis le dimanche 16 janvier. "Quand ça nous atteint, c’est ça qui nous fait beaucoup cogiter", dit-il.

La fatigue pèse chaque jour un peu plus

La plupart des patients hospitalisés développent des formes moins graves que lors des précédentes vagues, de quoi rendre optimiste le chef de service. Mais au service de réanimation, la tension continue de monter. Deux nouveaux patients positifs au Covid-19 sont arrivés, ce qui nécessite des bras supplémentaires, car les manipulations sont très délicates. Des renforts n’empêchent pas la fatigue de peser chaque jour un peu plus, après bientôt deux ans de pandémie. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.