Covid-19 en Chine : les habitants de plusieurs villes, enfermés chez eux, au bord de la crise de nerfs

Publié Mis à jour
Covid-19 en Chine : les habitants de plusieurs villes, enfermés chez eux, au bord de la crise de nerfs
France 2
Article rédigé par
A. Miguet, G. Caron, L. Kisiela, A. Morel, K. Wang, C. Wang - France 2
France Télévisions

En Chine, la colère des habitants monte en raison des mesures mises en place pour enrayer la pandémie de Covid-19. 45 villes sont déjà concernées par des confinements plus ou moins stricts.  

Vendredi 29 avril, un concert de casseroles a retenti à Shanghai (Chine). Les habitants réclament à manger, et l'écrivent même sur les murs en projetant des lettres lumineuses sur les façades des immeubles. "Cela fait un mois qu'on est enfermés ! Je n'ai même plus d'œufs, même plus de produits essentiels, comme du riz ou de l'huile !", hurle une femme. Cela fait cinq semaines que les habitants de Shanghai sont enfermés chez eux.    

Quelques véhicules autorisés à circuler   

Ces mesures sont toujours plus strictes, et sans aucun horizon. Alors, certains décident de fuir l'enfermement. La seule solution est de quitter la Chine. Un vrai parcours du combattant. Basile Desmeurs, entrepreneur et expatrié depuis dix ans, a son billet retour pour Paris. Seuls quelques véhicules autorisés peuvent circuler. Le coût du trajet s'élève à 200 euros ; c'est dix fois plus qu'en temps normal. L'aéroport est désert, et seuls deux vols sont affichés. Pour le Français, c'est le soulagement. "C'est le fait de naviguer à vue, on se dit, là ça fait un mois, c'est long, on travaille depuis la maison, mais combien de temps ça va durer ?", explique Basile Desmeurs. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.