Pyrénées-Orientales : les nouvelles restrictions sanitaires justifiées par une "croissance vraiment exponentielle" du Covid-19, affirme le préfet

Le taux d'incidence dans le département "augmente d'environ 50 points tous les jours", explique le préfet du département pour justifier l'instauration de nouvelles mesures sanitaires, notamment la fermeture des bars et restaurants à 23 heures.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Dans le département des Pyrénées-Orientales, comme ici à Collioure, les restaurants, cafés et bars vont de nouveau devoir fermer à 23 heures, à partir du dimanche 19 juillet. (CHRISTOPHE PETIT TESSON / MAXPPP)

Après avoir réimposé le port du masque en extérieur dans les Pyrénées-Orientales vendredi 16 juillet, le préfet du département, Étienne Stoskopf, annonce ce samedi 17 la fermeture des bars, restaurants et établissements de plage entre 23h et 6h, à partir de ce dimanche, et pour deux semaines. Il justifie cette décision sur franceinfo par une "croissance vraiment exponentielle" des contaminations au Covid-19 et un "frémissement" dans les hôpitaux des Pyrénées-Orientales.

franceinfo : Vous avez pris ces nouvelles mesures en raison du taux d’incidence. Il augmente si vite que cela ?

Étienne Stoskopf : Vendredi 16 juillet, il était de 260 cas pour 100 000 habitants. Il augmente d'à peu près 50 points tous les jours, donc c'est une croissance vraiment exponentielle, qu'on n’avait jamais vu jusqu'ici. Et puis surtout, un des critères qu'on regarde attentivement, c'est l'hospitalisation. Elle ne baisse pas, et un certain nombre de patients retournent à l'hôpital. Pas encore en très grand nombre, mais ce frémissement annonce quelque chose d’inquiétant. C'est pour cela qu'on réagit maintenant.

Pourquoi avoir ciblé les bars et restaurants ?

On constate que la forte circulation du virus dans notre département provient en partie de ces moments de convivialité, dans les bars, dans les restaurants, où on retire le masque et où il est bien difficile de respecter les gestes barrières. Tous ces endroits où on ne peut pas encore mettre en place le pass sanitaire et qui, en cette saison, entraînent un grand brassage de population et donc une circulation intense du virus. Il n'est pour l’instant pas prévu de prendre des mesures complémentaires dans les jours qui viennent. On va voir ce qu’il se passe et on va se concentrer sur notre puissance de feu en matière de vaccination, en ouvrant un maximum de sites et de centres dans les Pyrénées-Orientales.

La situation géographique du département, à la frontière avec l’Espagne, joue-t-elle sur la dégradation de la situation sanitaire ?

On n’a pas de preuve scientifique, mais on constate dans les faits que sur les premiers cas de contact-tracing, un certain nombre de personnes, souvent des jeunes, déclarent revenir de fêtes ou d'événements dans des bars ou des restaurants du côté espagnol. Donc oui, c’est très probablement lié à notre situation frontalière. Et puis évidemment, la présence d'une population nombreuse en été ne fait qu’accélérer les choses.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Variant Delta

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.