Vaccination prioritaire des salariés exposés au Covid-19 : "Faisons sauter le critère d’âge", réclament la CGT et la CFDT

Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT, estime que les salariés particulièrement exposés doivent tous êtes vaccinés. Mais pour cela, il faut "s'approvisionner en doses de vaccins de manière très importante."

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une femme marche le long d'un centre de vaccination dans la ville de Nice, dans le sud de la France, le 18 avril 2021. (VALERY HACHE / AFP)

Près de 400 000 travailleurs de plus de 55 ans, d'une vingtaine de métiers, pourront se faire vacciner en priorité à partir du 24 avril, a appris franceinfo auprès du ministère du Travail mardi 20 avril. "Tous ces métiers sont exposés depuis des mois et donc il faut d'urgence qu'ils soient vaccinés. Donc faisons sauter le critère d'âge !", exige Catherine Perret, mardi 20 avril sur franceinfo. La secrétaire confédérale de la CGT participait ce mardi matin à une réunion avec la ministre du Travail Elisabeth Borne sur l’élargissement des métiers prioritaires pour le vaccin contre le Covid-19.

>> Covid-19 : suivez les dernières informations sur la pandémie en direct

"Je pense aux salariés des abattoirs, de l'agroalimentaire qui travaillent avec les déchets, etc. Quel que soit leur âge, ils sont particulièrement exposés et ils devraient être vaccinés en priorité, assure la syndicaliste. Mais pour ça, il faut changer de politique et faire en sorte que la France puisse s'approvisionner en doses de vaccins de manière très importante."

"Il faut qu'on m'explique, du moment où la vaccination est ouverte à tout le monde pour les plus de 55 ans, quelle va être la plus-value pour une caissière de supermarché, pour un éboueur, pour un chauffeur de bus que de pouvoir prétendre à être dans une file d'attente pour avoir accès au vaccin alors qu'il n'y a pas assez de vaccins disponibles pour tout le monde", a-t-elle renchéri.

"Le vrai problème est qu'ils n'arrivent pas à travailler au ministère du Travail, pointe Catherine Perret. Plus généralement, on est face à une pénurie de vaccins. Il n'y a pas d'approvisionnement, donc ils essayent de monter des usines à gaz pour dire qu'il va y avoir des gens qui vont être prioritaires."

Des agents "dont on ne parle pas"

Il restera des "métiers oubliés", regrette sur franceinfo Olivier Guivarch, secrétaire général de la Fédération des Services CFDT. Ils pense à certains "agents en contact du public comme par exemple ceux de Pôle emploi" dont "on ne parle pas". Le secrétaire général de la Fédération des Services CFDT déplore également, comme sa consoeur de la CGT "le plancher à 55 ans, alors que les malades sont de plus en plus jeunes" et un "manque de politique pro-active, avec des personnes qui pourraient contacter les salariés exposés".

Olivier Guivarch salue tout de même l'ouverture plus large à la vaccination prioritaire de certains professionnels, qui constitue "une reconnaissance des risques pris par ces professionnels". Autre point positif pour le syndicaliste : le fait que "les intérimaires soient inclus" et "la facilité d'accès, via une attestation sur l'honneur ou un bulletin de paie".

Les syndicats attendent désormais d'en savoir d'avantage sur "la réalisation logistique". Ils ont notamment demandé qu'elle soit facilitée par "une vaccination possible à faire sur le lieu de travail, en associant la médecine du travail".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.