Vaccins contre le Covid-19 : un adulte sur quatre en France a reçu au moins une injection

Parmi ces 13 millions de personnes, 4,8 millions ont reçu deux injections, soit 7,2 % de la population totale et 9,2 % de la population majeure.

Un membre du personnel soignant prépare une dose de vaccin contre le Covid-19 développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech, dans un centre à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 19 avril 2021.
Un membre du personnel soignant prépare une dose de vaccin contre le Covid-19 développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech, dans un centre à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 19 avril 2021. (NICOLAS TUCAT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Depuis le début de la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France, près de 13 millions de personnes ont reçu au moins une injection, soit 19,4 % de la population totale et 24,8 % de la population majeure, se félicite dans un communiqué le ministère de la Santé, mardi 20 avril. Parmi elles, 4,8 millions ont reçu deux injections, soit 7,2 % de la population totale et 9,2 % de la population majeure. Ce direct est désormais terminé.

  L'EMA demande que les caillots sanguins soient répertoriés comme des effets secondaires "très rares" du vaccin de Janssen. L'Agence européenne des médicaments estime néanmoins "que le rapport bénéfices-risques global reste positif"Elle explique également que les cas observés sont "très similaires" à ceux liés au vaccin d'AstraZeneca.

De nouvelles professions prioritaires pour la vaccination. Environ 400 000 travailleurs de plus de 55 ans, d'une vingtaine de métiers, pourront se faire vacciner contre le Covid-19 en priorité à partir de samedi, a appris mardi franceinfo auprès du ministère du Travail, qui dévoilera la liste complète dans la journée. On y retrouve les chauffeurs routiers, les conducteurs de bus, les éboueurs, les caissiers de supermarché ou bien encore les agents de sécurité, les employés des pompes funèbres et les personnes travaillant dans les abattoirs.

Début de la quarantaine obligatoire samedi en France pour certains voyageurs. "Le dispositif met quelques jours de plus à être mis en place, il y a un travail juridique à finir", a expliqué le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, mardi sur franceinfo. Cette quarantaine de dix jours s'appliquera pour les voyageurs en provenance du Brésil, d'Argentine, du Chili, d'Afrique du Sud mais aussi de Guyane. Les voyageurs qui ne respecteront pas cet isolement de 10 jours à leur arrivée en France, seront passibles d'une amende de 1 500 euros, a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. 

 Vers un déconfinement territorialisé ? Olivier Véran s'est dit favorable à une approche "territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage" de l'épidémie de Covid-19"Il faut regarder la situation épidémique dans chaque territoire, la situation hospitalière et, de façon générale, le niveau de saturation des hôpitaux en France", a expliqué le ministre de la Santé, dans une interview au Télégramme.

Plus de 5 900 malades en soins critiques. Lundi, on comptait 5 970 personnes dans les services de soins critiques français, qui rassemblent la réanimation, les soins intensifs et la surveillance continue. Au total, 31 214 patients sont hospitalisés.

 La Colombie déplore un bilan record de morts en 24 heures. La Colombie a fait état lundi de 420 décès dus au Covid-19, le bilan quotidien le plus élevé depuis le début de l'épidémie dans ce pays d'Amérique du Sud, a annoncé le ministère de la Santé colombien. La Colombie est le troisième pays le plus touché d'Amérique latine par la pandémie, en nombre de cas et de décès, derrière le Brésil et le Mexique.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COVID_19

22h43 : La vaccination contre le Covid-19 s'ouvre à de nouvelles catégories de salariés, a annoncé dans la journée le gouvernement. Au total, près de 400 000 travailleurs de plus de 55 ans seront concernés. Quelles sont les nouvelles professions ciblées ? Réponse dans ce sujet du 20 heures de France 2.

21h58 : En raison de la crise sanitaire et des restrictions successives, certains commerçants sont obligés de baisser définitivement le rideau. Les journalistes du JT de France 2 sont allés à leur rencontre.


21h25 : Voici notre graphique sur le nombre de patients admis en réanimation qui ne cesse de grimper depuis plusieurs semaines. Pour rappel, il était à 7 004 lors de la première vague, selon Santé Publique France et à 4 887 lors de la deuxième.


21h19 : Bonsoir @gribouille, vous n'êtes pas seul(e). Il semblerait que le site de Santé publique France ait rencontré quelques soucis dans la diffusion. Le problème étant désormais réparé, voici les chiffres du jour.
nouveaux cas ont été recensés en 24 heures, soit nouvelles contaminations en moyenne sur les sept derniers jours.
Il y a eunouvelles hospitalisations en 24 heures et le nombre de patients en réanimation continue de progresser avec 5 984 personnes actuellement admises.

20h48 : En 2020, des milliers de malades du coronavirus sont allés se faire traiter à l'hydroxychloroquine, à l'institut du professeur Didier Raoult, à Marseille. Plusieurs mois plus tard, la facture est particulièrement salée. Un patient a notamment dû payer 1 264 euros alors qu'il était asymptomatique. C'est le sujet de "L'Oeil du 20 heures" ce soir.

20h46 : "Eh bien voilà, celui-là il finit à la poubelle". En Isère, des médecins sont contraints de jeter des doses du vaccin d'AstraZeneca, faute de patients. "A force d’avoir les médias qui cassent ce vaccin en annonçant tous les jours des morts, des cas de thromboses et des soucis avec AstraZeneca, j’ai commencé à avoir des annulations", raconte une médecin généraliste à nos confrères de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.

20h19 : Emmanuel Macron souhaite à présent "savoir comment maintenir ce rythme et améliorer les leviers". Cela "nous place parmi les pays qui ont vacciné le plus de leur population adulte au sein de l'Union [européenne]", a ajouté le chef de l'État.

22h30 : "On est sur la bonne voie", a estimé Emmanuel Macron ce soir depuis l'Élysée. "Aujourd'hui, les choses s'accélèrent", a déclaré le chef de l'Etat qui vante "la cohérence de la politique menée depuis le début" de la pandémie. Il estime que "les efforts faits sur les résidents des Ehpad et les plus de 70 ans portent leurs fruits".

20h05 : Il est 20 heures, c'est le moment de faire un point sur les informations principales de la journée :

Un adulte sur quatre en France a reçu au moins une injection du vaccin. Parmi ces 13 millions de personnes, 4,8 millions ont reçu deux injections, soit 7,2% de la population totale et 9,2% de la population majeure.

L'armée tchadienne a annoncé la mort du président Idriss Déby après des blessures reçues pendant des combats avec les rebelles. Le dirigeant de 68 ans, au pouvoir depuis 30 ans, venait d'être réélu. Son fils va diriger un conseil de transition militaire. Il vient de nommer les 15 généraux qui l'entoureront.


L'Agence européenne du médicament juge le rapport bénéfice-risque du vaccin de Janssen positif, mais estime qu'il existe un lien avec de "très rares cas" de thromboses graves.


Un mandat d'arrêt international est lancé contre Rémy Daillet-Wiedemann, Français installé en Malaisie et "animateur" de la "mouvance" des ravisseurs impliqués dans l'enlèvement de Mia. On vous en dit plus dans notre article.

20h03 : Le ministère de la Santé a annoncé ce soir qu'au moins un adulte sur quatre a reçu une dose d'un vaccin contre le virus. Cela représente 12 999 655 personnes, soit 19,4% de la population totale et 24,8% de la population majeure. Parmi elles, 4 845 217 personnes ont reçu deux injections (soit 7,2% de la population totale et 9,2% de la population majeure)



(MINISTERE DE LA SANTE)

19h38 : Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé l'assouplissement des mesures contre le Covid-19 aux Pays-Bas avec notamment une levée du couvre-feu et une réouverture partielle des terrasses des cafés à partir du 28 avril.
"Nous sommes bien sûr heureux que cela soit à nouveau possible car la société aspire à plus de liberté", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse, ajoutant qu'il s'agissait d'une "étape très prudente".

19h36 : Bonjour, on lit partout que les doses d’AstraZeneca ne trouvent pas preneur, mais je suis sure que chez les moins de 55 ans on aurait plein de volontaires, largement de quoi écouler. Personnellement, j’ai 30 ans et je ne demande qu’à être vaccinée. Je ne comprends pas comment rien d’officiel n’est fait pour que chaque dose trouve preneur :(

19h29 : A propos du vaccin d'AstraZeneca, @Lou, 30 ans ne comprend pas la méfiance envers ce produit. Elle aurait aimé se faire vacciner même avec ce dernier si cela avait été possible, affirme-t-elle. Je vous poste son commentaire.

19h35 : Le vaccin d'AstraZeneca suscite-t-il aussi la méfiance chez nos voisins européens ? C'est la question à laquelle nous avons tenté de répondre dans cet article. En Espagne, par exemple, les doutes sur le vaccin d'AstraZeneca ont fait chuter les rendez-vous de vaccinations, rapporte la télévision publique TVE. A l'inverse en Italie, près de 25 000 Siciliens ont été vaccinés durant le week-end. #VACCIN
Des seringues prêtes à l'usage pour administrer le vaccin d'AstraZeneca, dans un centre de vaccination à Naples (Italie), le 13 avril 2021. (MAXPPP)
(MAXPPP)

19h18 : Bonsoir @Laurent, vous faites certainement référence à cet article et avez raison sur la vaccination ouverte aux plus de 55 ans. Cependant il s'agit de places réservées à certaines professions (éboueurs, caissières...) pour avoir un accès prioritaire à la vaccination à partir du 24 avril. Plusieurs critères de sélection, par exemple l'impossibilité de télétravailler, ont été choisis par le gouvernement parmi les 17 familles de métiers dits de "la deuxième ligne".

19h15 : Vous indiquez dans un article aujourd’hui que des catégories supplémentaires de personnes de plus de 55 ans peuvent se faire vacciner mais en fait tout le monde peut le faire sans restrictions pour les plus de 55 ans.

19h07 : Commerces, restaurants, salles de spectacles... Dans les lieux actuellement fermés, les équipements de désinfection contre le Covid-19 sont une des solutions envisagées par le patronat pour un redémarrage de l'activité. Lisez notre article ici pour davantage de précisions sur ces cabines.
Le sas permettrait de désinfecter 99% au moins des surfaces exposées à son action. (BENJAMIN RECOUVREUR / RADIO FRANCE)
(BENJAMIN RECOUVREUR / RADIO FRANCE)

18h24 : Emmanuel Macron et le gouvernement envisagent toujours la réouverture de certaines terrasses et lieux de culture à la "mi-mai". "Pour l'instant, il faut être extrêmement prudent", assure sur franceinfo l'épidémiologiste Yves Buisson. Retrouvez son interview ici.

20h06 : Rappelons les principales informations de ce mardi :

L'armée tchadienne a annoncé la mort du président Idriss Déby après des blessures reçues pendant des combats avec les rebelles. Le dirigeant de 68 ans, au pouvoir depuis 30 ans, venait d'être réélu. Son fils va diriger un conseil de transition militaire.


L'Agence européenne du médicament juge le rapport bénéfice-risque du vaccin de Janssen positif, mais estime qu'il existe un lien avec de "très rares cas" de thromboses graves.


Après certains membres du personnel de l'Education nationale et des forces de l'ordre, des professions de la "deuxième ligne" (caissiers, chauffeurs routiers, employés des pompes funèbres...) bénéficieront, pour les plus de 55 ans, de créneaux de vaccination prioritaires.


Un mandat d'arrêt international est lancé contre Rémy Daillet-Wiedemann, Français installé en Malaisie et "animateur" de la "mouvance" des ravisseurs impliqués dans l'enlèvement de Mia. On vous en dit plus dans notre article.

17h42 : Un nouveau variant du coronavirus est apparu en Inde, où il pourrait en partie expliquer le pic de contaminations observé ces derniers jours. Pour l'instant peu présent en Europe, il possède plusieurs mutations préoccupantes. On vous explique ce qu'il faut savoir à son sujet dans cet article.

17h33 : La famille d'un homme de 75 ans, mort douze jours après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer, a porté plainte contre X pour "homicide involontaire" auprès du parquet de Dax, rapporte France Bleu Gascogne. Ses proches assurent qu'il n'avait pas de problèmes de santé, et s'interrogent sur un possible lien avec sa vaccination.

17h05 : Bonjour @Marc. Le seul exemple cité dans le communiqué de l'Agence européenne du médicament (EMA) est celui des Etats-Unis, où huit cas de caillots sanguins liés au vaccin de Janssen ont été relevés, dont un mortel, sur un total de plus de 7 millions de vaccinés. Il s'agit donc de cas "très rares", comme l'explique l'EMA.

17h05 : Bonjour. Peut-on avoir le nombre de cas de thrombose sur le nombre de vaccinés ? Et surtout le nombre de décès. Merci

16h42 : En France, il est prévu que le vaccin de Janssen soit réservé aux personnes de plus de 55 ans. La Haute Autorité de santé doit maintenant se prononcer sur une éventuelle modification des recommandations sur son utilisation.

Un peu plus de 200 000 doses ont été reçues il y a une semaine, juste avant que le laboratoire suspende le déploiement du vaccin en Europe. En cas de feu vert à leur utilisation, elles pourraient être livrées dans les pharmacies d'officine à partir de samedi, précisait tout à l'heure le ministère de la Santé.

16h38 : "Les bénéfices globaux du vaccin de Janssen contre le Covid-19 (...) l'emportent sur les risques d'effets secondaires", réaffirme par ailleurs l'Agence européenne du médicament, qui ne formule aucune recommandation de le limiter à certaines catégories de personnes.

16h36 : S'ils ont tous apparus chez des personnes de moins de 60 ans, dans un délai de trois semaines après l'injection, et en majorité chez des femmes, les éléments disponibles n'ont pas suffi à identifier avec certitude des "facteurs de risque spécifiques".

16h37 : L'agence explique également que les cas observés jusqu'ici liés au vaccin de Janssen (filiale de Johnson & Johnson) sont "très similaires" à ceux liés au vaccin d'AstraZeneca.

16h37 : Dans un communiqué, l'agence annonce que son comité d'évaluation en pharmacovigilance considère que de caillots sanguins "inhabituels" doivent figurer dans la liste des effets secondaires du vaccin de Janssen, quand bien même ils sont "très rares". Et insiste sur l'importance d'informer les médecins pour mieux reconnaître les symptômes de ces caillots et les traiter au plus vite.

16h37 : L'Agence européenne du médicament confirme le lien entre le vaccin de Janssen et de "très rares cas" de thromboses, mais considère que la balance bénéfices-risques reste favorable.

16h11 : Bonjour. Les centres de vaccination n'utilisent en effet que les vaccins Pfizer et Moderna, à l'exception des créneaux récemment ouverts pour certaines professions prioritaires, pour lesquels ce sont des doses d'AstraZeneca qui sont utilisées.

La vaccination est ouverte à tous les plus de 55 ans, qu'ils aient ou non des comorbidités, mais seulement les plus de 60 ans et les personnes vulnérables ont droit aux vaccins Pfizer et Moderna, et donc aux centres de vaccination. Pour les 55-59 ans sans comorbidité, la vaccination est ouverte chez le médecin ou en pharmacie, avec le vaccin AstraZeneca. Vous trouverez un tableau récapitulatif très clair sur le site de l'Assurance-maladie.

16h10 : Bonjour, on dit que la vaccination contre le Covid-19 est ouverte à toute personne de plus de 55 ans. Mais il semble que les centres ouverts soient réservés aux vaccins Pfizer ou Moderna et interdits aux personnes n'entrant pas dans les catégories spécifiques de comorbidités... Est-il possible de clarifier, car le site du ministère de la Santé ne me semble pas couvrir ce point ?

15h53 : Selon le ministère de la Santé, le taux d'utilisation des doses de vaccin AstraZeneca reçues est de 67%, contre 70% pour le vaccin Moderna et 93% pour le vaccin Pfizer. Le AstraZeneca est-il boudé ? Le ministère évoque "des signaux contradictoire" : "On a des professionnels de ville qui en commandent beaucoup, et d'autres qui témoignent qu'il est difficile de convaincre les personnes de se faire vacciner".

15h51 : "On ne souhaite pas laisser entendre que la France pourrait se permettre de ne pas injecter les doses AstraZeneca reçues. Dans un contexte de course contre la montre contre un virus qui tue, on ne peut pas se permettre de faire l'impasse sur le déploiement d'un vaccin qui permet de sauver des vies".

Lors d'un point presse sur l'avancée de la vaccination, auquel nous avons assisté, le ministère de la Santé a insisté sur l'importance des vaccins AstraZeneca et Janssen pour tenir les objectifs fixés par le gouvernement.

15h20 : Bonjour @Ulrich. Je ne sais pas à quelle académie vous appartenez, mais après une rapide recherche, il me semble que les centres où les enseignants sont prioritaires sont soit accessibles sans rendez-vous, soit en prenant rendez-vous sur les plateformes habituelles, et non sur les sites des académies. Vous trouverez la liste des centres concernés sur le site de l'Education nationale.

Le gouvernement n'a pas communiqué sur le nombre de créneaux qui étaient réservés aux professions prioritaires : il est tout à fait possible qu'il n'y en ait pas assez pour tout le monde dans l'immédiat. Mais les remontées font davantage état de centres peu remplis, du fait des craintes concernant le vaccin AstraZeneca.

15h18 : Enseignants prioritaires pour la vaccination Covid : réalité ou de la "com" ? Je suis enseignant du second degré, j'ai plus de 60 ans, inscrit dès vendredi sur le site de l'inspection académique de mon département pour avoir un RDV ou être au moins contacté... Aujourd'hui mardi, aucune réponse...

15h02 : Bonjour @Cam. Je vous confirme que toutes les personnes de plus de 55 ans sont éligibles à la vaccination. Mais des créneaux de vaccination sont désormais réservés, dans certains centres, à des professions prioritaires, afin de leur permettre de bénéficier plus rapidement d'une injection. C'est ce dispositif qui sera élargi à partir de samedi à de nouvelles professions. Il ne s'agit donc pas d'ouvrir la vaccination à de nouvelles catégories.

15h05 : Bonjour ! Je ne comprends pas, les personnes de + de 55 ans tous métiers confondus ne sont-elles pas déjà éligibles à la vaccination ?

14h54 : Avec un peu de retard, faisons le point sur les principales infos de ce mardi :

L'armée tchadienne a annoncé la mort du président Idriss Déby après des blessures reçues pendant des combats avec les rebelles. Le dirigeant de 68 ans, au pouvoir depuis 30 ans venait d'être réélu. Son fils va diriger un conseil de transition militaire.


Après certains membres du personnel de l'Education nationale et des forces de l'ordre, des professions de la "deuxième ligne" (caissiers, chauffeurs routiers, employés des pompes funèbres...) bénéficieront, pour les plus de 55 ans, de créneaux de vaccination prioritaires.


Dans une interview au Télégramme (article pour les abonnés), Olivier Véran se dit favorable à une approche "territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage" de l'épidémie.

#POLICE Des policiers manifestent devant le palais de justice de Paris et des tribunaux de la France entière pour protester contre le verdict du procès en appel de l'agression de quatre d'entre eux à Viry-Châtillon en 2016.


Un mandat d'arrêt international est lancé contre Rémy Daillet-Wiedemann, Français installé en Malaisie et "animateur" de la "mouvance" des ravisseurs impliqués dans l'enlèvement de Mia. On vous en dit plus dans notre article.

13h49 : "Tous ces métiers sont exposés depuis des mois et donc il faut d'urgence qu'ils soient vaccinés. Donc faisons sauter le critère d'âge !", réagit sur franceinfo la secrétaire confédérale de la CGT Catherine Perret, qui participait à la concertation organisée ce matin au ministère du Travail. Elle qualifie ce système de rendez-vous dédiés d'"usine à gaz".

13h43 : Le gouvernement doit publier dans la journée une nouvelle liste de professions qui auront droit, pour les plus de 55 ans, à des créneaux de vaccination dédiés permettant d'avoir un rendez-vous plus vite.

Le ministère du Travail affirme à franceinfo qu'en feront partie les chauffeurs routiers, les conducteurs de bus, les éboueurs, les caissiers de supermarché, les agents de sécurité, ceux des pompes funèbres et les personnes travaillant dans les abattoirs.

12h17 : Il est temps de faire un nouveau point sur l'actualité de cette journée :

Un mandat d'arrêt international est lancé contre Rémy Daillet-Wiedemann, Français installé en Malaisie et "animateur" de la "mouvance" des ravisseurs impliqués dans l'enlèvement de Mia, annonce le procureur de la République de Nancy. On vous en dit plus dans notre article.

Olivier Véran s'est dit favorable à une approche "territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage" de l'épidémie. "Lorsqu'on envisage de lever un certain nombre de contraintes, il faut regarder la situation épidémique dans chaque territoire, la situation hospitalière et, de façon générale, le niveau de saturation des hôpitaux en France", a expliqué le ministre de la Santé au Télégramme. Suivez notre direct.

#LAÏCITE Le gouvernement installe jusqu'à l'été des "états généraux de la laïcité" avec notamment pour objectif de toucher la jeunesse. A cette occasion, franceinfo répond à trois questions qui se posent sur ces rencontres.

L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) vient de publier sa "liste verte des aires protégées et conservées" : sept nouveaux sites se trouvent en France. En voici la liste.


11h41 : Bonjour @Nepita. J'ai trouvé la réponse à votre question dans notre article rassemblant les questions que nos internautes nous posent le plus concernant les vaccins. Comme l'expliquait en janvier le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur BFMTV. "Le vaccin protège des formes graves pulmonaires mais ça ne veut pas dire qu'il protège de la forme nasale ou de la forme oropharyngée". Ainsi, tout en étant protégées, les personnes vaccinées seraient donc susceptibles de "porter" le virus dans les voies respiratoires hautes, et donc de le transmettre.

L'autre hypothèse, c'est que la charge virale (la quantité de virus) reste malgré tout suffisamment faible pour diminuer le risque de transmission, ce qui pourrait alors casser les chaînes de contamination.

11h39 : Bonjour, pouvez-vous expliquer comment on peut être vacciné mais contaminant ?

11h16 : En Inde, quelque 270 000 cas de Covid-19 ont été détectés en 24 heures. L'Etat de New Delhi se reconfine et ses habitants fuient. Les images sont impressionnantes.

10h43 : Bonjour @quinquin et @Astra Moderna. Le ministre chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a répondu à ces deux questions dans la vidéo que j'ai postée plus bas. Je vous mets ici la citation : "Vous pouvez avoir des contournements par d'autres pays européens. Donc on essaie, le plus possible de manière coordonnée au niveau européen, d'avoir un dispositif strict de quarantaine, et de l'élargir à d'autres pays qui sont aussi des zones à risques." Il explique ainsi avoir "ce matin même" une réunion avec les partenaires européens pour discuter de cet éventuel élargissement.

10h43 : Et les voyageurs qui passeront pour revenir d'un pays à risques en passant par un autre pays européen pour rejoindre la France ?

10h35 : Bonjour, sait-on pourquoi les mesures de quarantaine et de suspension des vols ne s'appliquent pas à l'Inde qui est dans une situation catastrophique avec un nouveau variant (déjà présent en France d'ailleurs, cf l'app Anticovid). Merci !

10h23 : Bonjour @Sarahdem. Dans le cas des quatre pays cités plus haut, il s'agit de mesures plus strictes. Elles étaient détaillées hier par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. "Quand vous arriverez, au lieu d'avoir comme aujourd'hui une demande d'auto-isolement, vous aurez une obligation de vous isoler, avec un arrêté préfectoral nominatif qui sera rendu, avec votre nom", pour une durée de "dix jours", et "il y aura des contrôles par la police, par la gendarmerie, qui permettront de vérifier que vous êtes bien dans le lieu où vous devez vous isoler", avait-il détaillé. Et pour ce qui est de l'amende en cas de non-respect : c'est 1 500 euros (3 000 en cas de récidive).

10h23 : Bonjour. Je suis surprise par cette histoire de quarantaine obligatoire. Ce n'était pas déjà le cas ? Nous sommes allés au Pays-Bas pour un enterrement il y a un mois en voiture. Au retour 7 jours d'isolement, obligatoire pour les enfants avec test PCR à la fin pour retourner à l'école.

10h19 : Bonjour @Laurent33. Les personnes arrivant du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud (auxquelles s'ajoutent les personnes arrivant de Guyane), seront soumises dès samedi à une quarantaine obligatoire. Pourquoi samedi ? Le dispositif de quarantaine "met quelques jours de plus pour être complètement mis en place parce qu'il y a un travail juridique à finir et notamment un décret avec un avis du Conseil d'Etat", a justifié ce matin le ministre chargé des Affaires européennes, Clément Beaune.