Vidéo Vaccins contre le Covid-19 : le candidat PCF à l'élection présidentielle Fabien Roussel appelle à "sortir la santé des griffes de la finance"

Publié
Article rédigé par
Radio France

Fabien Roussel prône la création d'un "Airbus du vaccin", une "agence européenne du vaccin pour produire le vaccin mais aussi le contenant du vaccin."

"Sortons la santé des griffes de la finance. Ça c'est un projet de société", a déclaré jeudi 13 mai sur franceinfo Fabien Roussel, député du Nord, secrétaire national du PCF et candidat à l'élection présidentielle"La levée des brevets, c'est pour empêcher [que les gros laboratoires] s'en mettent plein les poches", a-t-il assuré, après avoir évoqué "les dizaines de milliards de dividendes qu'ils vont se distribuer."

>> Vaccins contre le Covid-19 : pourquoi les laboratoires s'opposent-ils à une levée des brevets ?

"C'est une première étape pour ensuite obtenir le transfert des technologies, poursuit Fabien Roussel. Ce n'est pas le tout d'avoir la recette. Il faut pouvoir les faire, ces vaccins. Et c'est pour cela qu'il faut une politique ambitieuse où on doit former des chercheurs, où on doit former de nouveaux salariés pour produire ces vaccins massivement et avoir la maîtrise. Il faut faire du vaccin plus qu'un bien commun", a-t-il détaillé.

"Il faut en faire un générique qui nous permettrait, à l'échelle de l'Union européenne, que les États maîtrisent la production, le coût et la distribution."

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF et candidat à l'élection présidentielle

à franceinfo

Fabien Roussel souhaite que soit créé un "Airbus du vaccin" : "Sur le même modèle que les États européens ont créé Airbus, sur le même modèle qu'ils ont créé une agence spatiale européenne [ESA] pour aller dans l'espace, mettons nos forces en commun en créant une agence européenne du vaccin pour produire le vaccin mais aussi le contenant du vaccin".

Le candidat du PCF veut "mettre cette proposition sur la table afin que nous en discutions aujourd'hui. La production de vaccins est entre les mains des 'big pharma' et c'est la loi de l'offre et de la demande qui commande et c'est eux qui fixent les prix. Les prix des vaccins vont augmenter de 20 à 30%". Et il insiste : "Les vaccins à ARN messager, chimériques, tous ces différents vaccins, nous devons être capables de les produire nous-mêmes avec des scientifiques en maîtrisant les savoir-faire, donc il faut obtenir ces transferts de savoir-faire. Et nous sommes en difficulté car il manque des capsules, il manque des flacons. Nous ne sommes pas souverains à l'échelle de l'Union européenne pour produire nous-mêmes des vaccins."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.