Covid-19 : des couacs pour la première journée de vaccination dans le quartier Bacalan à Bordeaux

Beaucoup de patients sont rentrés bredouilles malgré les promesses de l'Agence Régionale de Santé.

Article rédigé par
avec France Bleu Gironde - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vaccination à Bordeaux en avril 2021 (image d'illustration) (GUILLAUME BONNAUD / MAXPPP)

Le premier après-midi de vaccination a été compliqué au centre éphémère du quartier Bacalan à Bordeaux, où une mutation rare du variant britannique du Covid-19 a été détectée la semaine dernière, indique mercredi 26 mai France Bleu Gironde. Seuls les patients qui avaient pris rendez-vous ont été pris en charge, bien que l'ARS ait annoncé mardi que ce n'était pas nécessaire pour venir.

"On n'a pas pris notre après-midi pour rien ! On veut se faire vacciner, alors vous nous prenez tous !", s'est énervée Fabienne, une habitante du quartier. "Ras-le-bol, ça fait des semaines que j'essaie de prendre rendez-vous sur Doctolib ! On peut se faire vacciner à Lacanau, à Libourne, mais à Bordeaux il n'y a pas de vaccin !"

Des doses supplémentaires vont arriver dans les pharmacies du quartier

Seuls les plus persévérants, ou chanceux, qui ont réussi à prendre rendez-vous sur la plateforme téléphonique de la ville de Bordeaux ont pu se faire vacciner, mais selon Fabienne, "il n'y a personne derrière ce téléphone. J'en suis à 17 appels, personne ne décroche !"

L'agence régionale de santé s'est dite victime du succès du centre de vaccination. Des solutions ont été proposées aux habitants qui faisaient la queue avec des lignes de vaccinations dédiées au mégacentre de Bordeaux-Lac et à Mérignac. À partir de ce jeudi, 200 personnes doivent être vaccinées chaque jour au centre éphémère de Bacalan après avoir pris rendez-vous au 05 56 10 33 33. Des doses supplémentaires vont aussi arriver dans les 19 pharmacies à proximité du quartier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.