Vaccination des soignants en Ehpad : "C'est une mauvaise polémique" qui "va rajouter de l'huile sur le feu", selon l'AD-PA

Selon Pascal Champvert, décréter une obligation vaccinale pour les soignants est une mauvaise idée.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Une soignante s'occupe d'un patient atteint du Covid-19, le 22 avril 2021, à l'hôpital Pasteur à Colmar. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

"C'est une mauvaise polémique" qui "va rajouter de l'huile sur le feu", déclare ce jeudi 17 juin sur franceinfo le président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA), Pascal Champvert. Plus tôt, le ministre de la Santé Olivier Véran a lancé un "appel solennel" aux soignants, notamment en Ehpad, qui ne se sont pas encore fait vacciner et menacé de rendre pour eux la vaccination obligatoire. "Ce n'est pas par l'obligation qu'on obtient des choses", estime Pascal Champvert qui appelle au "dialogue". "La défiance par rapport au vaccin, c'est une défiance par rapport aux pouvoirs publics. Il faut plus de personnels dans les établissements."

Pourquoi y a-t-il moins de soignants en Ehpad vaccinés que dans l'ensemble de la population ?

Je ne suis pas sûr de cette statistique parce qu'il faudrait comparer ce qui est comparable. Il faudrait comparer la statistique des Français de 25 à 60 ans et la statistique des soignants de 25 à 60 ans. Parce que si on prend les Français de 25 à 120 ans, ils sont beaucoup plus vaccinés puisque l'effort de vaccination a d'abord porté sur les plus de 80 ans, puis les plus de 70 ans, puis les plus de 50 ans. C'est une mauvaise polémique, maladroite et inutile. Au fond, de quoi a-t-on besoin aujourd'hui dans les établissements pour personnes âgées ? De plus de professionnels dans les établissements, mais aussi à domicile. C'est ce à quoi il faut qu'Olivier Véran réponde au lieu de lancer de fausses polémiques qui vont braquer les professionnels. Dans la période actuelle, ça n'est pas utile.

N'avez-vous pas constaté une certaine appréhension à l'égard du vaccin de la part des soignants ?

Si, bien sûr, et nous sommes extrêmement clair à l'AD-PA. Nous invitons l'ensemble des professionnels à se faire vacciner. Personnellement, je me suis fait vacciner dès que j'y ai été autorisé. Mais toutes les enquêtes sociologiques indépendantes montrent que la défiance par rapport au vaccin est une défiance par rapport aux pouvoirs publics. Quand on sait que l'État, même avant l'élection d'Emmanuel Macron, a accumulé du retard dans les promesses qu'il a faites d'augmenter le nombre de professionnels en établissements et à domicile, je comprends qu'un certain nombre de salariés disent 'on n'y croit pas à toutes leurs histoires'. Ils n'ont pas raison, mais nous disons que dans cette période où les professionnels sont exténués après les trois vagues de coronavirus, déclencher ce genre de polémique est maladroit et inutile.

Que répondrez-vous si le ministre de la Santé vous demande votre avis sur une obligation vaccinale ?

Qu'il faut dialoguer et que tous les directeurs qui ont obtenu de bons taux de vaccination ont dialogué avec les salariés en dix ans. Il faut dire aux soignants que ce n'est pas la bonne façon de montrer leur mécontentement aux pouvoirs publics. Mais cette polémique va rajouter de l'huile sur le feu. L'Etat ne fait rien depuis dix ans que la Caisse nationale d'assurance maladie dit son inquiétude sur le taux d'accidents du travail et de maladies professionnelles. Il faut plus de personnel. Au lieu d'écouter les hauts fonctionnaires et les anciens ministres qui font des rapports sur ces sujets, on imposerait une obligation de plus aux professionnels ? Cela n'a pas de sens. Le taux de vaccination aujourd'hui en France est excellent, donc on voit bien que ce n'est pas par l'obligation qu'on obtient des choses. C'est par conviction, c'est par la pédagogie et par l'écoute.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.