Suspension du vaccin AstraZeneca : "Un coup dur" pour le professeur Alain Fischer qui espère que le "doute" soit rapidement "levé"

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
Radio France

Pour le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale anti-Covid, le "scénario le plus favorable" serait une annonce de la reprise dès ce mardi après-midi. 

La suspension du vaccin AstraZeneca est "un coup dur", a réagi Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale anti-Covid, ce mardi sur France Inter. Mais "ce doute, j'escompte bien qu'il puisse être levé par les collègues qui vont travailler sur cette question", a-t-il ajouté. Pour Alain Fischer, "le scénario le plus favorable serait une annonce de la reprise dès ce [mardi] après-midi".

En attendant, le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale anti-Covid justifie l'arrêt temporaire de la vaccination par AstraZeneca par "de nouvelles alertes venant de plusieurs pays européens ce week-end", qui "suggèrent qu'il pourrait se passer un événement dans lequel le vaccin joue un rôle".

L'événement en question concerne "des anomalies de thrombose, un petit peu atypiques". Selon Alain Fischer, il s'agit de thromboses, la formation de caillots sanguins, "avec des anomalies de la coagulation que l'on n'a pas l'habitude de voir dans les embolies pulmonaires classiques". Le professeur précise qu'il y a en France "environ 100 cas d'embolies pulmonaires hospitalisées chaque jour".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.