Retard de livraison du vaccin AstraZeneca : "C'est une mauvaise nouvelle", regrette la vaccinologue Marie-Paule Kieny

La livraison des vaccins contre le Covid-19 prend un nouveau retard. Après Pfizer, c'est au tour du britannique AstraZeneca d'annoncer des ralentissements dans sa production.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Dans un centre de vaccination à la Maison des sports de Clermont-Ferrand le 26 janvier. (RICHARD BRUNEL / MAXPPP)

AstraZeneca livrera à la France 4,6 millions de doses de son vaccin contre le Covid d'ici fin mars, soit moitié moins qu'attendu, a indiqué mardi le ministère de la Santé. À l'automne, des problèmes dans les essais cliniques d'AstraZeneca avaient déjà réduit fortement les prévisions, 9 millions en février et mars au lieu des 17,5 millions de doses de décembre à mars prévues par le contrat initial. "C'est une mauvaise nouvelle, il n'y a aucun doute", a réagi mercredi 27 janvier sur franceinfo Marie-Paule Kieny, vaccinologue, présidente du comité scientifique vaccin Covid 19 France, directrice de recherche à l'Inserm.

franceinfo : Que pensez-vous de l'annonce faite par AstraZeneca ?

Marie-Paule Kieny : C'est une mauvaise nouvelle, il n'y a aucun doute. Le gouvernement est en train de regarder, de même que la Commission européenne, si ces doses vont être réparties un peu partout, ou si AstraZeneca favorise certaines livraisons, certains pays par rapport à d'autres, ce qui ne serait pas acceptable. Que faire ? On peut les pressuriser et vérifier que cette perte est répartie sur toutes les commandes et pas seulement la commande européenne, mais il va peut-être falloir s'en accomoder.

La direction de Sanofi a quant à elle annoncé mardi que le laboratoire pharmaceutique français allait aider Pfizer et BioNTech à conditionner leur vaccin contre le Covid-19. Est-ce une bonne nouvelle ?

Il faut s'en féliciter et remercier Sanofi de mettre ses installations à disposition de Pfizer pour nous permettre d'avoir 100 millions de doses de vaccin en plus en Europe. Dans le même temps, Sanofi reste le grand producteur de vaccins qu'il est, et il continue d'ailleurs à travailler sur sa propre formulation de vaccin.

Sanofi a deux projets de vaccins qui pourraient être plus efficaces sur les variants. Savez-vous pourquoi ils n'ont pas été les premiers à sortir un vaccin ?

Ils ont raté la première marche parce qu'ils ont fait une erreur technique. Ils ont utilisé, pour leur vaccin principal, un réactif commercial qu'ils n'ont pas validé, et c'est cela l'erreur, sans doute. La formulation qu'ils ont préparée étaient sous-dosée, il y avait trois fois moins de principe actif que ce qu'ils pensaient mettre dans le vaccin. Les résultats étaient médiocres chez les personnes âgées. Ils ont donc dû remettre au point un nouveau procédé de purification.

On peut maintenant extraire six doses des flacons de vaccin du groupe Pfizer contre cinq auparavant. Résultat : le laboratoire vend désormais ses flacons plus chers. Pfizer a-t-il profité du système ?

C'est une entourloupe. Il y a toujours plus de produit dans les flacons de vaccin pour éviter qu'on arrive au bout du bout et que les vaccinateurs puissent confortablement administrer le nombre de doses prévues. Il se trouve que le "un peu plus" qu'ils avaient mis permettait de faire six doses, et je regrette vraiment qu'ils n'aient pas considéré cela comme une bonne nouvelle pour tout le monde et qu'ils n'aient pas laissé le prix à celui des cinq doses.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.