Les vaccins contre le Covid-19 sont "sans danger" pendant la grossesse, confirme une étude canadienne

Cette étude canadienne intervient alors qu'en France, les femmes enceintes sont invitées depuis trois semaines à réaliser leur 2ème dose de rappel contre le Covid.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un flacon de vaccin Moderna contre le Covid-19. Illustration. (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

Les vaccins à ARN messager contre le Covid-19 sont "sans danger" pendant la grossesse, affirme une vaste étude canadienne parue le 12 août dans la revue médicale The Lancet

Les 200 000 femmes enceintes canadiennes vaccinées et observées durant cette étude ne se démarquent pas : sept jours après une injection de Pfizer ou Moderna, on n'observe pas davantage de fausse couche ou d'enfant mort-né que chez les femmes enceintes non vaccinées. Même constat pour les arrêts maladie ou les prises en charge médicales, ils ne sont pas plus nombreux que chez les femmes du même âge, vaccinées mais pas enceintes.

Une 4e dose de vaccin préconisée

L'étude porte seulement sur les sept jours suivants une injection de vaccin, les scientifiques vont la poursuivre sur le long terme. Ces premiers résultats prouvent néanmoins, selon les auteurs, que les vaccins à ARN messager contre le Covid sont sans danger pendant la grossesse. Pourtant, de nombreuses femmes enceintes appréhendent la vaccination, alors même que le Covid peut pourtant entraîner des formes graves et une issue fatale pour leur bébé.

En France, les vaccins à ARN messager, ceux des laboratoires Pfizer et Moderna, sont les plus injectés depuis le début de la campagne de vaccination. Depuis le 20 juillet, les femmes enceintes sont invitées par le ministère de la Santé à recevoir une 2ème dose de rappel, celle qu'on appelle aussi 4ème dose. Le ministère précise que la vaccination est recommandée dès le premier trimestre de la grossesse

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.