Les vaccins à ARN messager contre le Covid-19 n'entraînent pas de "risque accru de complications pendant la grossesse", rassure l'Agence européenne des médicaments

Un groupe de travail du régulateur européen a épluché plusieurs études consacrées à la question, menées auprès de quelque 65 000 femmes, avant de communiquer ses conclusions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une file d'attente devant un centre de vaccination parisien, le 15 juin 2021. (MAXPPP)

Des études sur des femmes enceintes ont révélé que les deux vaccins anti-Covid-19 de Pfizer et Moderna, fabriqués avec la technologie à ARN messager, ne présentent aucun risque pour les mères ou les bébés, a déclaré (en anglais) l'Agence européenne des médicaments (EMA), mardi 18 janvier. Pour arriver à ces conclusions, le groupe de travail de l'EMA a effectué un "examen approfondi de plusieurs études" – la bibliographie en cite une douzaine.

Des recherches portant sur quelque 65 000 femmes ont montré des "preuves de plus en plus nombreuses" que les injections des vaccins Pfizer et Moderna n'ont pas causé de complications pendant la grossesse, affirme ainsi le régulateur européen. "L'examen n'a identifié aucun signe d'un risque accru de complications pendant la grossesse, de fausses couches, de naissances prématurées ou d'effets indésirables chez les bébés à naître après la vaccination par vaccin anti-Covid ARNm", précise le communiqué. 

"Les avantages l'emportent sur tous les risques possibles"

Les vaccinations ont également fourni une protection accrue contre les hospitalisations et les décès, en particulier en fin de grossesse. "L'examen (...) suggère que les avantages des vaccins anti-Covid à ARNm pendant la grossesse l'emportent sur tous les risques possibles pour les femmes enceintes et les bébés à naître", a souligné l'EMA. La grossesse elle-même avait été associée à un risque plus élevé de développer une forme sévère de la maladie au cours des deuxième et troisième trimestres, de sorte que les futures mères devraient se faire vacciner. 

Les premiers essais cliniques n'incluent généralement pas les femmes enceintes. Par conséquent, les données sur l'utilisation des vaccins, comme tout autre médicament pendant la grossesse, ne sont généralement pas disponibles au moment de l'autorisation mais obtenues par la suite, en étudiant les effets en vie réelle. L'EMA a déclaré qu'elle examinerait désormais les données des autres vaccins autorisés "au fur et à mesure qu'elles seront disponibles".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.