Inde : les vaccins contre le Covid-19, un cadeau diplomatique aux pays voisins

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Inde : les vaccins contre Covid-19, un cadeau diplomatique aux pays voisins
FRANCE 2
Article rédigé par
A.Forget, A.Vedeilhé, R.Pateriya, N.Kumari - France 2
France Télévisions

L’Inde joue le jeu de la solidarité et exporte des doses du vaccin contre le Covid-19, alors qu’elle débute seulement sa campagne de vaccination. Plus de 5,5 millions de doses ont déjà été fournies à plusieurs pays voisins, mais aussi à l’Afrique et l’Amérique latine. 

L'Inde se fait de nouveaux amis grâce aux vaccins. Escortés par la police, sirènes hurlantes sur une route du Bangladesh, des camions transportent des milliers de doses offertes par l'Inde au pays, l’un plus pauvres au monde. Elle fait également des dons au Népal, en Afghanistan ou encore au Bhoutan et en Birmanie. Au total, le pays a offert 5,6 millions de doses à des pays en voie de développement tandis qu’en Occident, les pays conservent jalousement leurs vaccins. 

Étendre son influence diplomatique 

Par ces dons, l’Inde étend son influence diplomatique aux frontières. "L’Inde n'a pas vraiment d’autres outils, analyse le Dr. Joshi Manoj, journaliste spécialiste des affaires internationales. Elle n’a pas de ressources comme peut l’avoir la Chine ni même d’industrie militaire pour exporter son influence, donc l’Inde propose ses vaccins pour acheter la bienveillance de ses voisins." Il y a neuf mois, un richissime homme d’affaires, à la tête d’un laboratoire, a parié sur le vaccin britannique d’AstraZeneca et acheté son brevet. Il est devenu le plus gros producteur de vaccins au monde, avec un rythme de 5 000 doses par minute et revend chaque dose un peu plus de deux euros au gouvernement, qui ensuite en fait don aux pays étrangers. 

"Pour l’Inde, ces exportations de vaccins sont un pari osé car dans le même temps le pays doit aussi vacciner sa population et en la matière les autorités ont un objectif ambitieux : 300 millions de personnes doivent être vaccinées d’ici l’été prochain", détaille la journaliste Angélique Forget, de France Télévisons New Delhi. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.