Covid-19 : plusieurs traitements prometteurs contre le virus sont à l'étude

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Covid-19 : plusieurs traitements prometteurs contre le virus sont à l'étude
Article rédigé par
A. Chopin, E. Sizarols, H. Gasparini, A. Derhille, D. Mascret - France 3
France Télévisions

Dans la lutte contre le virus, il n'y a pas que le vaccin. La recherche s'accélère pour de nouveaux traitements et certains sont déjà prometteurs. 

Anne Hinaux est immunodéprimée : son organisme ne parvient pas à fabriquer des anticorps. Elle a reçu trois doses de vaccin contre le Covid-19, mais sans succès. "J'ai un certificat de vaccination mais qui ne vaut rien puisque je ne suis pas protégée", explique-t-elle. A la place du vaccin, elle espère donc un traitement plus efficace, à base d'anticorps de synthèse. Les autorités sanitaires viennent de valider son utilisation de façon préventive pour les personnes les plus fragiles. 

Des traitements pour les patients sévèrement atteints

Pour le covid, on injecte des anticorps ciblés qui vont se fixer sur le virus et le neutraliser. "Une forme d'immunité qu'on n'a pas fait nous-même, qu'on nous a transférée, et qui nous permet de nous protéger un certain temps", commente Hervé Watier, professeur d'immunologie. Selon la Haute autorité de santé, ces thérapies prometteuses doivent rester réservées aux patients immunodéprimés, soit 130 000 personnes en France. A quand la petite gélule anti-covid ? "Pas tout de suite, mais ça avance (...) un antiviral qui irait attaquer le virus à l'intérieur des cellules", explique le journaliste Damien Mascret sur le plateau du 19/20. Pour les malades sévèrement atteints, d'autres pistes sont à l'étude. "On a des anticancéreux, des antiparasitaires qui sont à l'étude également. L'agence française du médicament espère pouvoir donner des autorisations dès cet automne", ajoute le journaliste. 

Parmi nos sources : 

ANSM 

NIH 


Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.