Covid-19 : le vaccin AstraZeneca en question

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : le vaccin AstraZeneca en question
France 2
Article rédigé par
M. Subra-Gomez, M. Lassaga, F. Guinle, C. Berbett - France 2
France Télévisions

Le vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca suscite des réticences, plus encore depuis qu'un membre de l'Agence européenne des médicaments a assuré mardi 6 avril qu'il existait un lien entre le sérum et les cas de thromboses recensés. 

Partout en Europe, plusieurs patients qui avaient reçu des doses du vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca, ont été victimes de thromboses veineuses cérébrales, pour certaines mortelles. Pour la première fois, ce mardi 6 avril, Marco Cavaleri, haut responsable de l’Agence européenne des médicaments, a reconnu dans la presse italienne : "Il est clair qu’il y a un lien avec le vaccin. Ce qui cause cette réaction, cependant, nous ne le savons pas encore". L’Agence européenne des médicaments a tenu à rappeler dans l'après-midi que l’enquête était toujours en cours. En France, deux personnes sont décédées des suites d’une thrombose après avoir reçu une dose de vaccin AstraZeneca.

Un sérum bientôt proscrit pour les jeunes ? 

Face à une défiance grandissante, les médecins assurent que le bénéfice-risque reste en faveur du vaccin. Néanmoins, les effets secondaires ont plutôt été repérés chez des patients jeunes. L’idée de ne plus leur injecter le sérum fait partie des pistes envisagées. "Lorsque le moment de vacciner les jeunes en masse sera venu, il faudra privilégier les autres vaccins sur le marché, mais je ne crois pas qu’on en soit là pour le moment", explique Paul Hunter, spécialiste en microbiologie médicale de l’Université d’East Anglia (Royaume-Uni). Pour l’heure, la France réserve ce vaccin aux plus de 65 ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.