Covid-19 : le président de la Fédération hospitalière de France appelle à utiliser "l'arme absolue" de la vaccination obligatoire

La pass sanitaire est, selon lui "complexe" et "une mesure d'évitement" de la vaccination.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

Le président de la Fédération hospitalière de France et maire Agir de Fontainebleau en Seine-et-Marne, Frédéric Valletoux a appelé à utiliser "l'arme absolue" de la vaccination obligatoire contre le Covid-19 lundi 2 août sur franceinfo. "On arrive à un moment de l'épidémie où il faut qu'on aille vers des mesures qui soient à la fois efficaces et qui affirment le principe de solidarité", a poursuivi Frédéric Valletoux.

>> Vaccination obligatoire des soignants, pass vaccinal... Ce que préconise le Conseil scientifique pour échapper à la quatrième vague du Covid-19

"On voit bien que le pass sanitaire qui se met en place est complexe, que c'est un plus, c'est une mesure positive parce qu'elle a poussé beaucoup de Français à aller se faire vacciner, mais c'est une mesure d'évitement de cette vaccination obligatoire", a-t-il estimé.

"La seule possibilité de préserver nos libertés"

"On voit bien qu'on n'a pas été au bout de la démarche", selon le président de la FHF. "Il faut avoir la lucidité de dire qu'il faut aller vers cette vaccination obligatoire", a-t-il insisté, "la seule possibilité de préserver nos libertés de vivre, d'agir", selon lui.

"On voit que la quatrième vague qui se profile, et dont on ne connaît ni l'ampleur, ni la durée, nous soumet aux variants futurs et actuels, dans une course effrénée pour essayer de se sortir" de cette crise sanitaire, a indiqué Frédéric Valletoux. "Lorsque d'autres réponses ne sont plus adaptées, la vaccination obligatoire est une arme absolue", a-t-il répété, appelant également à la "pédagogie".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.