Caillots sanguins : l'autorité sanitaire américaine recommande de faire une "pause" avec le vaccin de Johnson & Johnson

L'Agence américaine des médicaments (FDA) mène une enquête, après des signalements portant sur six cas sévères de caillots sanguins survenus après une injection de ce vaccin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des personnes patientent avant de bénéficier du vaccin de Johnson & Johnson dans un centre à New York (Etats-Unis), le 8 avril 2021. (MICHAEL M. SANTIAGO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé "une pause" dans l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 de Johnson & Johnson, mardi 13 avril, afin d'enquêter sur l'apparition de cas graves de caillots sanguins chez plusieurs personnes aux Etats-Unis. L'Agence américaine des médicaments (FDA) mène des études approfondies "sur six cas rapportés aux Etats-Unis de personnes ayant développé des cas sévères de caillots sanguins après avoir reçu le vaccin" et recommande "une pause" pendant ces investigations. Ces cas concernent six femmes âgées de 18 à 48 ans, précise le New York Times (en anglais). L'une est morte et une autre a été hospitalisée dans un état critique. 

Le quotidien ajoute qu'une réunion d'urgence des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), agence fédérale en charge de la santé publique, est prévue ce mercredi. Le gouvernement fédéral américain pourrait alors geler le recours à ce vaccin dans tous les centres de vaccination placés sous sa responsabilité, et cette décision pourrait être imitée par les responsables sanitaires des différents Etats. Aux Etats-Unis, plus de sept millions de personnes ont déjà reçu une dose du vaccin de Janssen, filiale de Johnson et Johnson. Les cas évoqués représentent donc une part infime des injections, mais leur gravité semble suffisante pour justifier une analyse poussée et des mesures de précaution.

Le dossier est suivi de près en Europe, après des observations similaires dans le cas du vaccin d'AstraZeneca. Vendredi dernier, l'Agence européenne des médicaments (EMA) avait annoncé une étude sur des liens éventuels entre ce vaccin et des cas de caillots sanguins. A cette date, trois de ces cas avaient été signalés (en anglais) aux Etats-Unis après autorisation du vaccin, et un l'avait été dans un pays non précisé lors des essais cliniques. Ce lundi, la France vient de recevoir 200 000 premières doses de ce vaccin à vecteur viral, qui présente la particularité d'être administré avec une seule dose.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.