Covid-19 : l'Agence européenne du médicament examine des cas de caillots sanguins avec le vaccin Janssen

L'Union européenne a autorisé ce vaccin mais n'a pas commencé à l'utiliser. Il doit être livré en Europe à partir du 19 avril

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le logo du laboratoire Johnson & Johnson, le 5 février 2021 à Dublin (Irelande).  (ARTUR WIDAK / NURPHOTO / AFP)

Après le vaccin AstraZeneca, le vaccin Janssen fait l'objet de toutes l' attention de l'Agence européenne des médicaments (EMA). Dans un communiqué, l'institution annonce avoir lancé une étude sur des liens possibles entre ce dernier et des caillots sanguins après que quatre cas ont été rapportés, dont un mortel.

L'EMA a indiqué que sa commission pour la sûreté avait "lancé une étude" destinée "à évaluer des informations sur des incidents thrombo-emboliques" concernant des personnes ayant reçu le vaccin de Janssen, filiale européenne du groupe américain Johnson & Johnson. Trois de ces cas ont été signalés aux Etats-Unis après autorisation du vaccin, et un l'avait été dans un pays non précisé lors d'une phase de tests, selon la même source.

Mercredi, le régulateur européen avait estimé que les caillots sanguins devaient être répertoriés comme un effet secondaire "très rare" du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, tout en estimant que la balance bénéfice/risque restait "positive".

Un vaccin autorisé mais pas encore administré en Europe

L'Union européenne a autorisé ce vaccin mais n'a pas commencé à l'utiliser. Il doit être livré en Europe à partir du 19 avril

Ce vaccin a été, mi-mars, le quatrième à obtenir le feu vert de l'Agence européenne du médicament, après ceux de Pfizer-BioNTech, de Moderna et d'AstraZeneca. Il n'est actuellement administré qu'aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, mais il a aussi été approuvé au Canada.

Pour permettre d'augmenter sa production et de répondre à la demande, Johnson & Johnson a ainsi passé ces derniers mois plusieurs accords avec des laboratoires et des sous-traitants en Europe, qui seront chargés de sa formulation ou de sa mise sous flacon : il s'agit de Sanofi en France, de Catalent en Italie, et d'IDT Biologika en Allemagne. La substance active, qui donne son efficacité au vaccin, proviendra du site de Leyde aux Pays-Bas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.