À Lyon, une startup à la recherche d’un vaccin universel contre la grippe et le Covid

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Une biotech à la recherche d'un vaccin universel
Article rédigé par
Faustine Mazereeuw - franceinfo
France Télévisions

Un vaccin qui protège de la grippe sur le long terme et de tous les variants du coronavirus, c’est le projet de la biotech lyonnaise Osivax. Reportage dans les laboratoires de cette startup innovante dans les biotechnologies.

Alors qu’AstraZeneca vient d’être introduit en France, la course aux vaccins contre le coronavirus continue avec de nombreux acteurs impliqués. C’est le cas d’Osivax, une biotech lyonnaise. Cette PME spécialisée dans les biotechnologies entend créer un vaccin qui permettrait de lutter non pas contre un, mais contre deux virus : le Covid-19, et la grippe.

Ce vaccin universel se baserait sur une technique différente de celle actuellement utilisée par les vaccins contre le coronavirus présents sur le marché. Les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca permettent en effet à notre corps de reproduire puis de se défendre contre la protéine Spike, présente à l’extérieur du virus. Au contraire, Osivax ciblerait une partie intérieure du virus. L’avantage : c’est une partie "qui ne mute pas", selon Alexandre Le Vert, patron de la biotech, ce qui permettrait au vaccin d’être "efficace contre tous les variants (…) du Covid-19". Autre avancée révolutionnaire : Osivax permettrait d’être immunisé contre la grippe sur le long terme. Plus besoin, donc, de se faire vacciner chaque année contre ce virus hivernal.

Des essais cliniques prometteurs

Les essais cliniques sont encourageants mais pour que le projet aboutisse, il faudra du temps, et surtout de l’argent. La banque publique d’investissement française (BPI) et la Commission européenne ont chacune déjà versé 15 millions d’euros. Une belle somme, mais qui est loin d’être suffisante, selon Alexandre Le Vert. Le projet est aussi un pari sur l’avenir : il pourrait permettre de faire face à de nouvelles pandémies.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.