Vacances apprenantes : "C'est une reconnaissance du rôle des colonies et des centres de loisirs", estime l'organisme "La jeunesse au plein air"

Le gouvernement a annoncé la mise en place prochaine d'une plateforme pour centraliser toutes les offres des vacances apprenantes.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un ecolier fait du basket alors qu'il assiste a differents ateliers au Gymnase Stadium dans le 13e arrondissement de Paris lors des jeux sportifs scolaires (illustration). (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Le programme "vacances apprenantes" est une "reconnaissance du rôle des colonies et des centres de loisirs", a déclaré samedi 6 juin sur franceinfo Anne Carayon, directrice générale de La jeunesse au plein air (JPA), organisme qui facilite l'accès aux vacances pour les jeunes de quartiers défavorisés. Le gouvernement a annoncé samedi que l'État allait financer 300 000 places en centres de loisirs et 250 000 places en colonies de vacances, dont 200 000 places réservées à des "jeunes issus des quartiers prioritaires de la ville".

"On salue la reconnaissance des colonies et des centres de loisirs comme des espaces complémentaires à ce qui se passe dans la famille ou à l'école. C'est une vraie reconnaissance de notre apport éducatif au sens large", estime Anne Carayon.

Aujourd'hui, les enfants sont coupés de leurs amis, ont perdu l'habitude d'un certain rythme et ont perdu même l'habitude de se séparer des parents. Donc, partir en colonie de vacances c'est réapprendre tout cela. 

Anne Carayon

à franceinfo

Comment ces structures vont-elle participer à la "remobilisation scolaire", qui est l'un des objectifs fixés par les ministres de l'Éducation et de la Ville ? "Dans ces colonies apprenantes, on va identifier un temps qui sera de la remobilisation de compétences scolaires. Nous, nous sommes très attentifs à ce que ce soient les enseignants qui fassent le soutien scolaire et que les animateurs ne fassent pas de la scolarité (…) Nous avons déjà, l'habitude de travailler ensemble. Il va falloir réussir à l'intensifier. C'est au niveau local qu'il faut se coordonner."

"Le véritable défi cette année est de réussir à organiser des séjours alors que nous ne connaissons pas encore le protocole sanitaire tout à fait définitif et dans un temps très très court", souligne Anne Carayon. "Ça va être très court. Mais après, je pense qu'il y de véritables besoins aussi, encore une fois, pour les enfants de pouvoir partir en séjour." Le gouvernement a annoncé la mise en place prochaine d'une plateforme pour centraliser toutes les offres des vacances apprenantes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.