"Tout ce qui fait l’énergie de Capitol Hill n’existe plus" : à cinq mois de la présidentielle, les couloirs déserts du Congrès américain

En temps normal, environ 30 000 personnes travaillent chaque jour dans le Capitole de Washington, le "temple" de la démocratie américaine. Mais depuis plus de deux mois, le Congrès américain est quasi désert.

Dans une salle d\'audience pratiquement vide, la présidente de la commission, la sénatrice Susan Collins, s\'exprime lors d\'une audition de la commission spéciale du Sénat sur le vieillissement au Capitole, le 21 mai 2020 à Washington, DC
Dans une salle d'audience pratiquement vide, la présidente de la commission, la sénatrice Susan Collins, s'exprime lors d'une audition de la commission spéciale du Sénat sur le vieillissement au Capitole, le 21 mai 2020 à Washington, DC (DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Malgré la pandémie de Covid-19 qui a frappé de plein fouet les États-Unis, où la barre symbolique des 100 000 morts sera franchie dans quelques jours, Donald Trump prône un redémarrage le plus rapide possible du pays. Mais en cette fin mai, même les plus hautes institutions fonctionnent au ralenti. C’est le cas du Capitole de Washington, où siègent le Sénat et la Chambre des représentants. En temps normal, environ 30 000 personnes travaillent chaque jour dans ce "temple" de la démocratie américaine. 

>> Suivez notre direct sur le coronavirus et ses conséquences.

Même le petit métro souterrain (trois lignes, qui relient notamment le Sénat à la Chambre des représentants) est vide. Garrett Haake, le correspondant au Congrès de la chaîne MSNBC, évoque "un sentiment un peu surréaliste."

Un jour normal, ici, il y a non seulement les élus, mais aussi les reporters, les staffs, les policiers, des restaurants : c’est une vraie petite ville. Sauf que maintenant, comme dans la plupart des villes américaines, presque tout est fermé.Garrett Haakeà franceinfo

"Il reste les travailleurs essentiels du Congrès, poursuit Garrett Haake, surtout les sénateurs et les représentants. Mais tout ce qui fait l’énergie de Capitol Hill n’existe plus, c’est vraiment différent." Depuis deux mois, le Sénat et la Chambre fonctionnent au ralenti, les élus travaillent depuis leur circonscription, ou alors de manière beaucoup plus rare, en session plénière, pour voter un énième plan de relance économique.,En début de mois, Donald Trump a proposé de faire tester tous les parlementaires au Covid-19 mais les présidents des deux chambres ont respectueusement décliné la proposition, estimant que les kits de dépistages devaient être en priorité réservés aux personnels de santé.

Les parlementaires de retour "quand ce sera possible"

Malgré cela, 49 sénateurs sur 100 ont plus de 65 ans et sont donc considérés comme une population à risque. À la Chambre, la moyenne d’âge est un peu plus basse, mais la présidente, la démocrate Nancy Pelosi, explique qu’elle ne fera pas rentrer tout de suite les 435 élus de la chambre basse. "Nous serons de retour lorsque cela sera possible, a-t-elle indiqué. Nous sommes très attentifs à la santé des élus du Congrès, mais pas seulement : ils ne représentent qu’un petit nombre de personnes. Nous nous préoccupons aussi de la santé de la presse, de nos équipes, des policiers qui gardent le bâtiment." 

Des milliers de personnes font tourner ce Capitole afin que les visiteurs puissent venir voir la démocratie en action. C’est difficile pour moi de répondre à votre question : dès que possible ! On s’y prépare. Et ce sont la science et les docteurs qui apporteront cette réponse.Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentantsà franceinfo

 La "science" : comprenez, le médecin du Congrès. L’allusion à Donald Trump est évidente. Car même dans un capitole désert et au ralenti, personne n’oublie qu’on est à cinq mois des prochaines élections présidentielles et parlementaires.

Le Congrès américain au ralenti : écoutez le reportage de Grégory Philipps
--'--
--'--