Tourisme : "La France va retrouver son attractivité au cours de l'été", prévoit le président des Entreprises du voyage

Pour Jean-Pierre Mas, président de l'organisation professionnelle Les entreprises du voyage, l'envie de voyager des Français va prendre le dessus sur les contraintes administratives ou sanitaires. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Le hall des départs à l'aéroport de Singapour, le 15 mars 2021. (ROSLAN RAHMAN / AFP)

"La France va retrouver son attractivité au cours de l'été", prévoit Jean-Pierre Mas, président de l'organisation professionnelle Les entreprises du voyage alors que la situation sanitaire s'améliore progressivement en France et que le pays a entamé son déconfinement, permettant à nouveau l'arrivée de touristes étrangers cet été.

franceinfo : Y a-t-il déjà un réveil des réservations et de la vente de billets d'avion vers l'étranger ?

Jean-Pierre Mas : Très clairement, oui. Il y a une tendance des Français à prendre des vacances cet été d'une part, et à redécouvrir les voyages à l'étranger qu'ils avaient perdus depuis maintenant 14 mois. Ces voyages sont essentiellement orientés vers l'Europe du Sud, puisqu'il est difficile aujourd'hui d'envisager un voyage hors Europe. Il y a une bataille des pays européens pour garder leurs touristes nationaux sur leur territoire, la France en est un très bon exemple avec les conseils du gouvernement de rester dans l'Hexagone, et pour aller chercher les clients sur les marchés voisins. Ceci étant, c'était déjà le cas avant le Covid : chaque pays touristique du monde voulait attirer le plus grand nombre de visiteurs possible et la France était leader en la matière. Les voyageurs qui viennent d'Europe, c'est le marché essentiel des vacances d'été en France traditionnellement, sont dispensés de quarantaine et n'ont à fournir qu'un test PCR négatif datant de moins de 72 heures. La France va donc retrouver l'attractivité qu'elle avait clairement perdue parce que les restaurants, les cafés, les musées, les parcs d'attraction étaient fermés. Tout cela va rouvrir et la France va retrouver son attractivité au cours de l'été.

Le gouvernement français essaie aussi de maintenir les touristes hexagonaux en France, notamment pour cet été. Mais on voit que certains partent déjà en Grèce. Cela veut dire que ça ne fonctionne pas tellement ?

Chaque année, il y a 20% des Français qui prennent des vacances l'été qui vont les passer à l'étranger. En matière de déclarations d'intention cette année, il y aura 14% des Français qui prennent des vacances qui vont les passer à l'étranger. Donc ça fonctionne partiellement, sur 6%. Ca fonctionne également parce que, quel que soit le pays dans lequel on va en Europe, il y a des procédures à respecter. Par exemple, pour la Grèce, c'est un test PCR ou une vaccination, l'Espagne, c'est un test, l'Italie, c'est un test PCR ou antigénique... Il faut respecter les process de chaque pays. On pensait que ce serait rédhibitoire mais je crois que l'envie de voyager a pris le dessus sur les contraintes administratives ou sanitaires. Et aujourd'hui, on perçoit, on sent avec le décollage des réservations pour l'été que ces contraintes sont vraiment entrées dans les habitudes, dans les mœurs. On s'est fait à l'idée de faire un test pour franchir les frontières.

On entend ces jours-ci que le Royaume-Uni s'inquiète de la montée du variant indien sur son territoire. Boris Johnson craint de devoir ralentir son calendrier de confinement. Les îles britanniques restent-elles une destination incertaine pour cet été ?

C'est une destination qui, sans faire partie de l'Europe, fait partie de la première liste des pays verts, c'est-à-dire dans lequel on peut voyager et dont on peut revenir en France. Il est certain que si les mesures de contrainte étaient mises par les Anglais pour l'arrivée de touristes étrangers de peur de contaminer, cela poserait un problème. Mais quand même, les îles britanniques ne sont pas une destination leader de l'été pour les clientèles françaises. Les Français vont plutôt vers le soleil et cette année ils iront encore plus vers le soleil et vers le sud. Aujourd'hui, il y a vraiment un engouement des réservations pour l'été. En plus, les prix sont très compétitifs. Je crois qu'on n'aura jamais pu passer des vacances dans un pays du sud de l'Europe à des prix aussi compétitifs que cette année. Les voyageurs français ont donc vraiment envie de partir, ils préparent leur été. Et on constate même qu'ils anticipent leur arrière-saison, leurs automne voire même leur hiver, en espérant, en réservant sur des destinations long courrier ou les Outre-mers français qui ne sont pas encore ouvertes à ce jour à la circulation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.