Télétravail : "La France est à la traîne par rapport à ses voisins européens", selon une enquête de l'Ifop

Les managers français ne font pas confiance aux salariés, explique le co-auteur d’une enquête sur le télétravail en Europe. De plus, certaines entreprises accusent du retard dans la digitalisation de leur activité.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des bureaux vidés par la pandémie de Covid-19, le 4 janvier 2022. (DAVID ADEMAS / OUEST-FRANCE / MAXPPP)

En matière de télétravail, "la France se situe à la traîne par rapport à ses voisins européens", a indiqué mercredi 12 janvier sur franceinfo Romain Bendavid du département opinion de l’Ifop, co-auteur d’une enquête sur le télétravail en Europe pour la fondation Jean-Jaurès. "En France, vous avez 34 % de la population active qui déclare télétravailler. C'est le double en Allemagne, 56 % en Italie, 43 % en Espagne et 50 % au Royaume-Uni", a-t-il détaillé, précisant que cette enquête a été réalisée avant les mesures gouvernementales entrées en vigueur fin décembre début janvier pour renforcer le télétravail afin de lutter contre le Covid-19.

Le management "vertical" à la française en cause

"On avait déjà un retard par rapport à l'Allemagne et le Royaume-Uni avant même la crise sanitaire", a nuancé Romain Bendavid. Selon lui, cela s'explique par le système managérial "vertical" à la française qui est "moins dans l'autonomie et dans la confiance".

"En France, il y a un besoin de contrôle qui est très important et une confiance qui met du temps à s'instaurer."

Romain Bendavid, co-auteur d’une enquête sur le télétravail en Europe

à franceinfo

"Il ne faut pas oublier non plus que 30 % des actifs seulement sont éligibles au télétravail", a-t-il relativisé estimant que "ce qui est important c'est la fréquence du travail de ceux qui le peuvent".

>> Covid-19 : le recours au télétravail n'a pas beaucoup progressé début janvier, déplore le ministère du Travail

"L'autre retard de la France" est, selon lui, "lié à la digitalisation de ses activités". "On a vu au début de la crise sanitaire que beaucoup de TPE n'avaient pas digitalisé leurs activités, notamment pour la vente, et ne pouvaient pas se mettre en télétravail. On a vu aussi de grandes difficultés pour les salariés de s'adapter par manque de matériels, la fibre et le numérique", a-t-il énuméré. "C'est un écosystème beaucoup plus large qui permet d'expliquer pourquoi, culturellement, la France est beaucoup plus en retard que ses voisins européens", a insisté Romain Bendavid, malgré "l'accélération" contrainte par la crise sanitaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.