Cet article date de plus d'un an.

Strasbourg : huit personnes dont un mineur ont été placées en garde à vue pour des tirs de mortier contre la police

Les huit personnes mises en cause sont âgées entre 16 et 48 ans.

Article rédigé par
France Bleu Alsace - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Strasbourg (Bas-Rhin). (GOOGLE MAPS)

Huit personnes, dont un mineur, ont été interpellées et placées en garde à vue pour des tirs de mortier de feux d'artifice contre des policiers et des bus samedi 31 octobre à Strasbourg, rapporte dimanche 1er novembre France Bleu Alsace. Elles sont actuellement entendues par la police pour des tirs de mortier dans la nuit de samedi à dimanche dans plusieurs quartiers strasbourgeois contre des policiers et des bus de la ville.

Tir de mortiers, jets de projectiles et feux de poubelles

En plus de ces huit personnes interpellées, plusieurs groupes composés de trois à quatre individus ont également tiré aux mortiers dans les secteurs du Port-du-Rhin, de Cronenbourg, de l'Elsau, de l'Esplanade ou encore à Bischheim. Des jets de projectiles et des feux de poubelles ont par ailleurs été signalés. Les forces de l'ordre ont dû utiliser leur LBD (lanceur de balles de défense) pour se défendre. Aucun blessé n'est à déplorer des deux côtés. Des images de caméras de vidéosurveillance pourraient mener à d'autres interpellations.

La soirée n'a d'ailleurs pas été mouvementée qu'à Strasbourg. Plusieurs villes des Yvelines ont été le théâtre d'incidents lors de la soirée d'Halloween. Parmi elles, à Sartrouville, les pompiers sont intervenus pour l'incendie d'un bus, vide de passager. Aux Mureaux, une quinzaine de personnes ont jeté des projectiles en direction d'une équipe de policiers sans les atteindre. À Poissy, les policiers ont été visés par une vingtaine de tirs de mortier d'artifice. Aucun blessé n'a été recensé. Des violences également signalées à Bordeaux où un bus a par exemple été caillassé, là encore sans faire de blessé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.