Soutien de l'État aux colonies de vacances : "Nous sommes contents" mais "nous manquons de concret", selon une association du secteur

Le gouvernement a indiqué qu'il viendrait en aide aux colonies de vacances mais doit encore préciser son plan.

Des enfants et leurs accompagnateurs lors d\'une colonie de vacances à Lyon, le 8 août 2018.
Des enfants et leurs accompagnateurs lors d'une colonie de vacances à Lyon, le 8 août 2018. (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)

Alors que le secrétaire d'État Gabriel Attal a annoncé que le gouvernement travaille à un projet de soutien pour les colonies de vacances dès cet été 2020, Anne Carayon, la directrice générale de la Jeunesse Plein Air, confédération d'œuvres laïques qui aident à financer l'accès aux colonies de vacances, déclare vendredi 15 mai sur franceinfo que les membres du secteur sont "contents" mais "nous restons dans l'attente parce que nous manquons de concret quant à ces annonces".

>> Retrouvez les dernières informations sur le déconfinement dans notre direct

Alors que Jean-Michel Blanquer doit faire des précisions dans les prochains jours, Anne Carayon presse : "Les vacances se rapprochent, il faut qu'elles arrivent assez rapidement".

Un surcoût de "10 à 15%" pour les séjours

La directrice générale prévoit un surcoût "de 10 à 15%" pour "renforcer l'équipe d'animation, renforcer l'équipe technique pour des nettoyages, avec des activités en petits groupes". "Nous souhaiterions que l'État permette cette prise en charge et le soutien financier sinon les organisateurs ne pourront pas offrir ces séjours", a-t-elle indiqué.

"Il va y avoir un surcoût pour ces séjours, nous ne voulons pas reporter ce surcoût sur les familles. Il faut savoir que l'été est un moment où les inégalités augmentent assez fortement. L'an dernier, quatre millions d'enfants ne sont pas partis en vacances, il y en aura certainement malheureusement beaucoup plus cet été", précise-t-elle.

La sécurité des enfants garantie

"On va voir l'état de l'épidémie au 2 juin, on espère des mesures plus concrètes dans l'organisation et plus souples pour l'été" car "il faut vraiment permettre ce brassage social, cette mixité sociale. Il faut aider les enfants des quartiers qui ne pourront pas partir, mais n'oublions pas d'avoir une aide plus large pour permettre une mixité sociale au sein des séjours de cet été", pour Anne Carayon.

La directrice générale de Jeunesse Plein Air demande aussi "une campagne de communication comme c'est prévu pour le tourisme" car "il est important de pourvoir rassurer les parents" pour "leur expliquer que leurs enfants partiront en toute sécurité".