Cet article date de plus de trois ans.

Seine-et-Marne : deux personnes jugées pour vente de masques et de tests de dépistage du Covid-19

Les policiers, en se faisant passer pour des clients, ont saisi 7 050 masques et 25 tests sérologiques. Les masques saisis vont être redistribués.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Les deux suspects ont expliqué avoir, en plus, commandé en Allemagne 100 000 masques pour une valeur de 57 000 euros ainsi que 1 000 tests pour 13 900 euros. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Deux personnes sont jugées en comparution immédiate lundi 20 avril, dans l'après-midi, au tribunal correctionnel de Meaux pour recel de vol et refus de déférer à une réquisition ordonnée dans une circonscription où l'état d'urgence sanitaire est déclaré. Elles avaient tenté de vendre des masques de protection contre le coronavirus et des tests sérologiques de dépistage du Covid-19, a appris franceinfo auprès d'une source proche du dossier.

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

A la suite d'un signalement auprès de la plateforme Pharos, jeudi 16 avril, visant une annonce sur le site Le Bon Coin, les policiers de la sûreté départementale de Seine-et-Marne enquêtent et trouvent une annonce pour acheter une boîte de 50 masques chirurgicaux à 60 euros et un lot de 10 tests sérologiques pour 216 euros.

100 000 masques commandés en Allemagne

Les enquêteurs se sont fait passer pour un client et, lors d'une transaction dimanche 19 avril à Emerainville, ont interpellé un individu de 31 ans, déjà connu des services de police pour diverses infractions. Le deuxième individu de 49 ans a été convoqué puis placé en garde à vue quelques heures plus tard.

Les policiers ont saisi 7 050 masques et 25 tests sérologiques. Les deux suspects ont expliqué avoir, en plus, commandé en Allemagne 100 000 masques pour une valeur de 57 000 euros ainsi que 1 000 tests pour 13 900 euros. Les masques saisis vont être redistribués.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.