Rock en Seine : les organisateurs travaillent sur une formule du festival avec une "jauge de 4 000 à 5 000 personnes"

Organisé à la fin de l'été, le festival francilien planche sur une formule réduite à cause de l'interdiction de tous les événements réunissant plus de 5 000 personnes jusqu'à la rentrée. Son président, Emmanuel Hoog, imagine "un festival des festivals" pour "partager ce moment" avec les autres festivals annulés ou reportés.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le public de Rock en Seine, parc de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), le 28 août 2015.  (NATHANAEL CHARBONNIER / FRANCE-INFO)

L’édition 2020 de Rock en Seine est reportée à 2021 et le festival réfléchit à une autre formule pour septembre 2020, toujours au parc de Saint-Cloud. "Comme c’est symboliquement à la fin de l'été et le début de la rentrée, on voudrait aussi partager ce moment avec les autres festivals de musique qui n'ont pas eu lieu. Peut-être faire le festival des festivals", a indiqué Emmanuel Hoog, président de Rock en Seine sur franceinfo ce mardi 18 mai. "On travaille sur une jauge de 4 000 à 5 000 personnes puisque c'est la jauge sur laquelle aujourd'hui on est en mesure de travailler", a expliqué Emmanuel Hoog, 

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la crise sanitaire et de ses conséquences dans notre direct

Quelles sont les pistes pour organiser une autre formule du festival Rock en Seine cet été ?

Emmanuel Hoog. Aujourd'hui, on travaille sur une jauge de 4 000 à 5 000 personnes puisque c'est la jauge sur laquelle aujourd'hui on est en mesure de travailler. Nous sommes quand même à plusieurs semaines de l'évènement, ces normes peuvent donc être amenées à évoluer, à bouger. On a la chance d'être dans un parc. On a la chance d'être à ciel ouvert. On travaille sur l'idée que le public retrouve des artistes. Les artistes d'ailleurs ont envie de retrouver le public.

Sous quelle forme ?

Comme c’est symboliquement à la fin de l'été et le début de la rentrée, on voudrait aussi partager ce moment avec les autres festivals de musique qui n'ont pas eu lieu. Peut-être faire le festival des festivals, avec différentes formes de musique qui ne sont pas forcément les musiques de Rock en Seine. Faire un témoignage du spectacle vivant et de la musique vivante dans le parc de Saint-Cloud. Faire du parc de Saint-Cloud, à ce moment là, le cœur battant d'un message autour de la culture et de la musique pour l'ensemble des Français.

Est-ce que la course au gigantisme est terminée pour l’après ?

Les grands festivals aujourd'hui s'interrogent sur les grandes tournées, l'importance des cachets, les organisations un peu spectaculaires. Un festival, c'est quand même un grand rassemblement. Et les gens qui font des festivals sont animés par l'idée de rassembler. Aujourd'hui, on peut imaginer que demain, les choses prendront une autre forme. Restons ouverts. Et puis, on a encore des semaines pour trouver la bonne formule. On a le lieu, il faut qu'on trouve la formule.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.