Retour à la normale dans les Ehpad : un "soulagement" même si "on repère pas mal de résidents et de salariés asymptomatiques"

La déléguée générale du syndicat des résidences privées pour personnes âgées, Florence Arnaiz-Maumé, était invitée mercredi sur franceinfo alors que le ministère de la Santé a appelé les dirigeants d'Ehpad à présenter d'ici lundi un plan de retour à la normale pour permettre les visites libres des familles.

Un Ehpad proche de Montpellier, le 7 mai 2020.
Un Ehpad proche de Montpellier, le 7 mai 2020. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du syndicat des résidences privées pour personnes âgées, a affirmé mercredi 17 juin sur franceinfo que "les directions d'établissement étaient inquiètes", car "on repère pas mal de résidents et de salariés non symptomatiques" touchés par le Covid-19, ce qui prouve que "le virus n'a pas totalement disparu". Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a appelé mardi les dirigeants d'Ehpad, les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, à présenter d'ici lundi un plan de retour à la normale pour permettre les visites libres des familles et reprendre les activités dans les structures d’accueil. "C’est un soulagement pour tout le monde", affirme-t-elle.

franceinfo : Etes-vous prêts pour le retour à la normale ?

Florence Arnaiz-Maumé : Nous avons effectivement reçu ce qui devrait être si tout va bien, le dernier protocole d'État qui nous demande d'avoir un plan de retour à la normale pour le 22 juin, mais attention, un plan de retour à la normale progressif sur trois à quatre semaines. Donc, l'enjeu des Ehpad aujourd'hui va être pour le début de la semaine prochaine d'avoir un document de retour à la normale qui détermine dans quelles mesures les visites vont redevenir des visites non encadrées et libres. L'établissement a une, deux ou trois semaines pour retourner à des visites totalement libres. Deuxième grand axe, le déconfinement de la personne âgée de la chambre, qui est absolument majeur aujourd'hui. Un retour à la normale par la remise en place des déjeuners en sous-groupes et en plusieurs services pour éviter les trop grands rassemblements et aussi des animations en sous-groupes.

C’est un soulagement ?

C’est un soulagement pour tout le monde. On a dû enchaîner une dizaine de protocoles en trois mois. Donc, le simple fait de dire que ce serait le dernier qui nous permettrait de revenir à la normale, oui, ça nous rassure. En même temps, les directions d'établissement sont inquiètes. Le protocole dit bien qu'il faut qu’il n'y ait plus de porteurs symptomatiques. C'est vrai qu'en ce moment, comme on teste beaucoup, on repère pas mal de résidents et de salariés non symptomatiques. Donc, on est encore dans une phase où le virus n'a pas totalement disparu.

Combien de personnes dans les Ehpad sont touchées par le Covid-19 ?

C'est impossible à dire de façon précise. Aujourd'hui, nous n'avons pas les remontées de chiffres qui nous permettent de dire où se trouvent les cas symptomatiques. En revanche, quand on fait une phase de test sur un établissement, on a toujours sur 80-100 tests, cinq ou six personnes qui peuvent s'avérer positif, mais non symptomatiques. Le protocole in fine prévoit quand même que si la situation épidémique devait reprendre, l'établissement contacte l’agence régionale de santé et remet en place les protocoles initiaux. On peut repartir, si on voit que début juillet, il y a des cas symptomatiques qui se développent, nous aurons l'autorisation immédiate de repartir au protocole du 6 mars.