Reprise du championnat de France de football : "Il ne faudra pas être étonné si des joueurs sont blessés" alerte l'UNFP

Philippe Piat, co-président de l'Union National des Footballeurs Professionnels comprend "les problèmes économiques" mais il pense qu'une reprise "doit se faire aussi en fonction des règles sanitaires".

La ligue de football professionnel envisage une reprise du championnat de France le 17 juin.
La ligue de football professionnel envisage une reprise du championnat de France le 17 juin. (CHRISTOF STACHE / AFP)

La Ligue de football professionnel (LFP) a assuré, lundi 20 avril, "travailler" sur "les meilleures conditions de la reprise" du championnat de France en fonction des modalités de déconfinement que le gouvernement annoncera à la fin du mois d'avril. "Il ne faudra pas être étonné si on reprend trop rapidement et que des joueurs soient blessés avec des blessures relativement graves", a réagi sur franceinfo Philippe Piat, co-président de l'Union National des Footballeurs Professionnels (UNFP).

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

"Nous verrons si le déconfinement qui serait proposé aux sportifs permettrait de refaire des entraînements", souligne Philippe Piat qui attend "la réalité des directives proposées par le gouvernement" pour se voir "si les planètes vont être alignées pour la reprise ou bien s'il faudra différer".

franceinfo : La LFP dit travailler avec les ministères de l'Intérieur et des Sports pour une reprise garantissant la santé de tous avec un protocole sanitaire médical. Cela vous rassure ?

Philippe Piat : Cela nous rassure, bien sûr. Cela dit, il faut attendre la réalité des directives proposées par le gouvernement et les constats faits par l'organisation sanitaire pour que nous puissions déjà, dans un premier temps, savoir quels sont les prémices au déconfinement et donc à la reprise des entraînements avant la compétition. Il y a déjà la durée de la réathlétisation pour que les joueurs puissent participer à des compétitions rapprochées. On parle de tous les trois jours, avec des enjeux importants, puisque ces matchs-là sont les plus importants de la saison puisqu'ils vont déterminer les montées, les descentes et le classement. Nous attendons ces dispositions. Et ensuite, nous verrons si le déconfinement qui serait proposé aux sportifs permettrait de refaire des entraînements en sachant si les distanciations peuvent être mises en place dans le football. On voit mal des entraînements devant aboutir à une reprise de compétition qui se ferait chacun dans son coin. Parce qu'il y a non seulement le développement des activités physiques, mais aussi collectives, la coordination de groupes. On n'est pas encore à ce stade-là.

Des matchs tous les trois jours, après un aussi long arrêt, ce serait difficile physiquement, voire dangereux pour les joueurs, avec des risques de blessures ?

Ce qui serait dangereux, c'est de limiter la période de réathlétisation. Certains disent trois semaines mais pour ceux qui sont dans le milieu, on sait qu'après plus de deux mois d'interruption, c'est plutôt cinq semaines qu'il faut pour éviter des blessures. D'autant plus que ça s'additionnera avec des matchs, comme on dit en jargon dans le foot "au couteau". Tout ça est inquiétant. Mais à l'heure où on se parle, il nous manque des éléments pour savoir si les planètes vont être alignées pour la reprise ou bien s'il faudra différer.

Est-ce que pour vous, il faut mettre un terme à la saison et tirer un trait dessus?

C'est une possibilité. La vraie question pour tout le monde, c'est d'avoir des informations qui nous permettent de prendre une décision. Aujourd'hui, on est un peu dans le flou et c'est pour ça que, suivant les différentes interventions qu'on peut avoir, elles sont interprétées d'une manière ou d'une autre. Mais la sagesse veut qu'on attende des éléments plus clairs pour pouvoir avoir un avis autorisé.

Vous comprenez les enjeux pour la pérennité économique du football professionnel qu'évoque la Ligue ? Est ce qu'il faut repenser l'économie du foot professionnel en France ?

D'abord, c'est compréhensible qu'on essaie, pour les problèmes économiques, de reprendre le plus tôt possible la compétition. Mais il faut que ce soit en fonction aussi des règles sanitaires, parce que c'est important. Et puis, qu'est-ce que ça nous inspire la reprise tous les trois jours ? C'est que compte tenu des efforts physiques qui sont faits et des enjeux sportifs, il y a des engagements de joueurs qui vont peut-être aller sur des blessures. Il ne faudra pas être étonné si on reprend trop rapidement et que des joueurs soient blessés avec des blessures relativement graves. A ce moment-là, les clubs et patrons de clubs se diront peut être qu'on aurait dû être un peu plus prudent.