Réouverture du château de Versailles : "Ça va être une nouvelle manière" de le regarder, assure sa directrice

"Nous aurons évidemment besoin d'un soutien de l'État, comme toutes les entreprises culturelles" fermées pendant le confinement affirme Catherine Pégard. Mais aujourd'hui elle "ne veut pas être inquiète."

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le château de Versailles. (JOEL LE GALL / MAXPPP)

"Ça va être une nouvelle manière de regarder Versailles", assure vendredi 5 juin sur franceinfo Catherine Pégard, directrice du château de Versailles qui ouvre ses portes samedi après 80 jours de fermeture à cause des mesures de confinement. L’un des monuments les plus visités au monde, avec huit millions de personnes chaque année, va appliquer "strictement des règles sanitaires".

>> Coronavirus : suivez les dernières informations dans notre direct.

franceinfo : C’est la première fois que le château de Versailles est fermé sur une durée aussi importante ?

Catherine Pégard : Je crois que c'est totalement inédit. Je pense que peut-être le seul moment que l'on peut évoquer qui lui ressemble, c'est la fermeture du château de Versailles au moment de la Seconde Guerre mondiale, puisqu'il avait fermé ses portes le jour même de la déclaration de la guerre, en septembre 1939.

C'est un manque à gagner important pour le château de Versailles ?

Bien sûr oui. Deux chiffres suffisent à le dire. Nous avions huit millions visiteurs. 80 % étaient des étrangers et la billetterie représente 77 % de nos ressources propres. Je crois que nous aurons évidemment besoin d'un soutien de l'État, comme toutes les entreprises culturelles qui ont vécu la même période que nous, qui se sont arrêtées brutalement sur des succès et qui vont reprendre, bien sûr, mais qui reprendront trop lentement pour assumer nous-mêmes les pertes que nous avons dû enregistrer. Mais aujourd'hui, je ne veux pas être inquiète parce que c'est la réouverture du château de Versailles et je crois qu'il faut penser à cette reprise d'activité. Il faut regarder devant nous et pas derrière.

Il y aura beaucoup moins de monde ?

Il y aura évidemment beaucoup moins de monde que d'habitude. Il faudra respecter strictement les règles sanitaires qui nous sont imposées. Ça veut dire les masques, ça veut dire évidemment les distances, ça veut dire les billets réservés en ligne et horodatés, ça veut dire aussi qu'on pourra utiliser du gel sur tout le long de notre parcours. Il y aura des visites de groupe, mais des visites de groupes de moins dix personnes, selon la règle. Je crois que ça va être une nouvelle manière de regarder Versailles et ça va être souvent une façon de redécouvrir Versailles pour les Français qui vont venir cette année au château et retrouver à la fois les collections de Versailles, mais aussi les jardins.

Les jardins vont-ils être valorisés de manière particulière ?

On oublie souvent que Versailles, c'est un musée de plein air, le plus grand musée de plein air du monde avec ses 400 statues.

Catherine Pégard, directrice du château de Versailles

à franceinfo

Il se trouve que cette année, pour marquer l'anniversaire de la grande tempête qui avait ravagé les jardins il y a vingt ans, nous avions décidé de faire un focus spécial sur les jardins, de montrer les jardins par différents parcours qu'on ne connaît pas toujours à travers les arbres admirables des jardins de Versailles. Les jardiniers en ont choisi 35 sur 350 000. Vous imaginez qu'ils se sont vraiment choisis avec beaucoup de rigueur pour leurs qualités immenses. Et puis, on a demandé la même chose au conservateur pour qu'ils désignent les 25 statues admirables des jardins de Versailles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.