Rentrée scolaire : Jean-Michel Blanquer espère une année "la plus normale possible" pour les élèves

Le ministre de l'Education nationale a donné une conférence de presse jeudi pour expliquer comment se déroulerait le retour en classe dans un contexte épidémique toujours incertain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Education nationale, Jean Michel-Blanquer, lors d'une conférence de presse à Paris, le 26 août 2021. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Fermer le moins possible de classes et préserver la scolarité des élèves seront les deux piliers de cette nouvelle année scolaire. Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a présenté, jeudi 26 août, le déroulement de la rentrée 2021-2022, une nouvelle fois chamboulée par le Covid-19, en l'espérant "la plus normale possible".

>> Covid-19 : suivez les dernières informations dans notre direct

"Nous pouvons être tout à fait sereins sur cette rentrée scolaire. Elle aura lieu bien sûr, nous rencontrerons des difficultés bien sûr, il y aura des problèmes, nous nous mettons en situation de gérer", a déclaré le ministre. Pour ce rendez-vous très attendu, le ministre a détaillé les conditions du retour en classe, le 2 septembre, de 12,4 millions d'élèves et de 866 500 enseignants, à l'heure où la circulation du variant Delta inquiète les autorités.

Un protocole de niveau 2

Cette rentrée doit s'opérer, dans l'Hexagone et en Corse, sous le régime du niveau 2 (sur quatre) du protocole sanitaire mis en place par le ministère, qui autorise tous les élèves à être accueillis en présentiel. Selon ces règles, un cas de Covid-19 dans une classe du secteur primaire entraîne une fermeture, comme en juin. Au collège et au lycée, en cas de contamination dans une classe, seuls les élèves cas contacts non vaccinés devront s'isoler une semaine.

Des évolutions pourront avoir lieu localement. "Il y aura forcément des nouvelles mesures dans les temps à venir en fonction de la situation", a prévenu Jean-Michel Blanquer. Aux Antilles et dans les zones rouges de Guyane, la rentrée a été reportée du 2 au 13 septembre en raison de la situation sanitaire "grave" qui y sévit.

Une hausse des salaires

Outre le volet sanitaire de la rentrée, Jean-Michel Blanquer a évoqué la question des salaires des professeurs. Une nouvelle hausse de 245 millions d'euros est prévue en 2022. Le ministre a réitéré son objectif qu'aucun professeur en France ne gagne "moins de 2 000 euros net par mois".

Selon les syndicats reçus mercredi soir par le ministre, "des primes allant de 57 euros net par mois pour les plus jeunes à 29 euros pour les milieux de carrière" ont été validées pour l'année prochaine, à partir de cette enveloppe de 245 millions d'euros. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.