Déconfinement : un syndicat de médecins met en garde contre "le risque de revenir en arrière" après les rassemblements au canal Saint-Martin à Paris

"Si on veut se retrouver un petit peu sur l'espace public, au moins portons un masque", insiste Jacques Battistoni du syndicat MG France, après que le préfet de Paris a pris une mesure d'interdiction de consommation d'alcool sur les berges motivée par des fêtards trop enhousiastes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le canal Saint-Martin à Paris, un lieu de sociabilisation traditionnellement prisé des Parisiens (photo d'illustration). (CLÉMENCE GOURDON NEGRINI / RADIO FRANCE)

Alors que des dizaines de personnes se sont retrouvées sur les quais du canal Saint-Martin à Paris lors du premier jour de déconfinement, dans la foulée, le préfet de police de Paris a interdit la consommation d'alcool sur ce lieu de rassemblement parisien emblématique. Invité de franceinfo mardi 12 mai, Jacques Battistoni, président du syndicat de médecins MG France, estime qu'il "va falloir être très prudents" ces prochaines semaines, car "le risque de revenir en arrière et de reprendre des mesures plus sévères" est réel.

franceinfo : La police a-t-elle bien fait d'intervenir hier sur le canal Saint-Martin ?

Jacques Battistoni : Il était prévisible que les gens aient envie de se retrouver et de retrouver un peu de la liberté qu'ils ont perdue pendant presque deux mois. Pour autant, il était important de donner un signal aux gens en leur disant : attention, si vous faites ça, si on prend tous l'habitude de se retrouver un peu comme avant, on va prendre des risques majeurs et on risque de se retrouver dans la même situation qu'au début du mois de mars, où on a été obligés de rentrer dans le confinement.

Faut-il rouvrir les parcs et jardins qui sont encore fermés dans de très nombreuses villes de France ?

Il faut que les parcs et jardins soient suffisamment vastes pour que les gens ne se concentrent pas. Rappelez-vous les images qui avaient été prises juste avant le début du confinement aux Buttes-Chaumont à Paris, où il y avait vraiment une densité de gens qui était susceptible d'entraîner une contamination des uns avec les autres. Donc, si les parcs et jardins doivent rouvrir, d'accord, mais progressivement et avec des mesures barrières efficaces.

Combien de temps faudra-t-il pour savoir si le déconfinement fonctionne ?

C'est comme pour le début du confinement. Il a fallu deux ou trois semaines pour commencer à mesurer les premiers effets. Là, ça sera la même chose. On sait qu'il y a une certaine inertie, donc il va falloir être très prudents pendant tout ce temps.

C'est au début du mois de juin qu'on saura si, effectivement, on peut progressivement diminuer un petit peu les contraintes qui pèsent sur les gens. Avec toujours le risque de revenir en arrière et de reprendre des mesures plus sévères, à l'instar d'autres pays. 

Jacques Battistoni, président du syndicat de médecins MG France

à franceinfo

Je voudrais insister sur le port du masque, c'est forcément la mesure la plus efficace. Si on veut se retrouver un petit peu sur l'espace public, au moins portons un masque. Dès lors qu'il est difficile de respecter les distances d'un mètre ou d'un mètre cinquante, il faut absolument que tout le monde porte un masque.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.