"Quand on prend le train à la SNCF, il n'y a pas de risque d'attraper le Covid", assure le PDG du groupe

Publié
Article rédigé par
Radio France

Une étude récente de l'Institut Pasteur montre que prendre un train entraîne un sur-risque d'infection de 30%, soit autant que le covoiturage sans masque.

À l'approche des vacances de Noël et en pleine cinquième vague de Covid-19, le PDG du groupe SNCF, se veut rassurant, jeudi 2 décembre sur franceinfo : "Quand on prend le train à la SNCF, il n'y a pas de risque d'attraper le Covid". Jean-Pierre Farandou assure que groupe ferroviaire est "dans le respect des normes" sanitaires.

"Aucun cluster" parmi les contrôleurs

Jean-Pierre Farandou était invité à réagir à la dernière étude de l'Institut Pasteur sur les lieux de contamination par le SARS-CoV-2. Menée entre le 23 mai et le 13 août, et publiée le 26 novembre, elle montre que prendre un train entraîne un sur-risque d'infection de 30%, soit autant que le covoiturage sans masque, mais moins que dans le taxi et l'avion.

Le PDG du groupe SNCF ne conteste pas ces chiffres, et "le sérieux de l'Institut Pasteur" mais il dit "se baser sur des données empiriques". D'après lui, depuis le début de la crise sanitaire, "il n'y a eu aucun cluster, pas d'absentéisme particulier" parmi "les contrôleurs, qui passent leur vie dans les trains".

Des TGV aérés "toutes les neuf minutes"

Face à un possible relâchement dans le port du masque, porté en-dessous du nez par des voyageurs, Jean-Pierre Farandou assure que les contrôleurs "font des rappels fréquents", et que ces rappels à la règle sont "la plupart du temps largement suffisants". Quand un voyageur refuse ostensiblement de porter un masque, il est arrivé que le train soit arrêté pour faire descendre ce passager, décrit même le dirigeant.

Interrogé sur un rapport de l'inspection du travail du Rhône, pointant en juin dernier un "renouvellement d'air insuffisant" dans les trains, le PDG de la SNCF rétorque que l'entreprise a "contesté cet avis et gagné en première instance". Jean-Pierre Farandou assure aussi que les trains sont aérés très régulièrement : "comme si vous ouvriez les fenêtres chez vous toutes les six minutes dans les trains régionaux, et toutes les neuf minutes dans les TGV". "Tous les matériels sont complètement désinfectés, au moins une fois par jour", ajoute-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.